Oui. En tout cas lors d’un usage temporaire pour aboutir au sevrage tabagique.

De nombreuses études, ainsi qu’un rapport de l’Office Français de prévention du tabagisme, ont conclu que la cigarette électronique était infiniment moins dangereuse que le tabac. Malheureusement, ces études n’évaluent pas la sécurité à long terme. En effet, si la cigarette électronique est destinée à être une aide temporaire vers un sevrage total, de nombreuses personnes semblent avoir choisi de l’utiliser en permanence, comme source de nicotine.

La fumée du vapotage, essentiellement de la vapeur d’eau

En pratique, ce qui est dangereux dans la cigarette, ce sont les produits de la combustion du tabac. Or dans la cigarette électronique, il n’y a ni tabac, ni combustion, le e-liquide étant chauffé à 60°C, contre 850°C dans une cigarette conventionnelle.

La e-cigarette ne produit donc ni goudrons, ni monoxyde de carbone, ni particules fines solides. Elle produit essentiellement de la vapeur d’eau à partir du propylène glycol (un liquide sirupeux) contenu dans le e-liquide.

Que trouve-t-on dans le e-liquide ?

Outre le propylène glycol (un produit largement utilisé dans l’industrie agro-alimentaire), les autres composants d’un e-liquide sont :

  • la nicotine : si elle est addictive, elle n’est pas dangereuse pour la santé. Diverses concentrations de nicotine existent (entre 3 et 20 mg/ml), à choisir selon le nombre de cigarettes fumées avant de passer à la e-cigarette. Depuis plus de 20 ans que l’on prescrit des substituts nicotiniques, on a acquis assez de recul pour savoir que la nicotine n’est responsable d’aucune maladie liée au tabac, hormis l’addiction.
  • l’alcool : il peut représenter 2 % du e-liquide. Sur une journée de vapotage, cela ne représente que la quantité d’alcool apportée par moins d’un demi-millilitre de vin.
  • les arômes : s’ils sont d’usage courant, on ignore à ce jour quel pourraient être leurs effets néfastes par voie inhalée. Il s’agit là de la principale incertitude de la cigarette électronique, outre ses effets à long terme.

La cigarette électronique est-elle moins dangereuse que le tabac ?

En 2013, un rapport de l’Office Français de prévention du tabagisme a conclu que la cigarette électronique était infiniment moins dangereuse que le tabac. De plus, une analyse croisée de 99 études, publiée en juillet 2014 dans la revue Addiction, confirme que la cigarette électronique est largement moins nocive que les cigarettes traditionnelles. Ces conclusions sont confirmées dans un avis rendu par le Haut comité de santé publique en février 2016.
Aucune de ces études n'a relevé la survenue d'effets indésirables sérieux. Les effets indésirables habituels de la e-cigarette sont minimes : sécheresse de la bouche, irritation de la gorge, toux sèche.

La question du formaldéhyde (formol)

En 2015, une étude américaine avait relevé des taux inquiétants de formaldéhyde (formol, une substance cancérigène) dans la vapeur d’une cigarette électronique utilisée dans des conditions extrêmes de puissance électrique. Cette étude a été rapidement contredite par une autre étude qui a montré que, dans des conditions normales d’utilisation, la vapeur de cigarette électronique contient 32 fois moins de formaldéhyde que la fumée de tabac.

Ces résultats ont été confimés et renforcés en 2018 avec une étude évaluant l’émission de formaldéhyde selon les parfums des e-liquides. Cette étude a également montré que les cigarettes électroniques de dernière génération émettent moins de formaldéhyde que les modèles plus anciens.

Quid de la toxicité de la cigarette électronique à long terme ?

Malheureusement, ces études n’évaluent pas les effets négatifs d’un usage prolongé de la cigarette électronique. En effet, si celle-ci est, en théorie, une aide temporaire vers un sevrage total, de nombreuses personnes semblent avoir choisi de l’utiliser en permanence, comme source de nicotine. Des études sont en cours sur le sujet.

Sources

L’étude sur la concentration en formaldéhyde dans des conditions normales d’utilisation 

L’étude sur l’impact des parfums sur l’émission de formaldéhyde

Le rapport de l’Office français de prévention du tabagisme, mai 2013.

L’analyse croisée de la revue Addiction, juillet 2014.

L’avis relatif aux bénéfices-risques de la cigarette électronique ou e-cigarette étendus en population générale, Haut comité de santé publique, février 2016.

Lire la suite