Bien appréhendée, la baignade est source de bienfaits pour notre corps et notre moral. Découvrez les gestes prévention pour se baigner à la piscine ou à la mer, en toute sécurité cet été !

Initier son bambin aux plaisirs de l’eau, patauger en famille dans une piscine, nager dans la mer… La baignade est une activité de loisir, comprenant très peu de contre-indications. Nous pouvons profiter de ses bienfaits au fil des saisons, à tout âge de la vie — à la condition d’adopter quelques bons réflexes pour réduire les risques liés à l’eau.

Piscine : des risques à appréhender

 -        406 noyades accidentelles enregistrées à l’été 2018*

-        +30% de noyades accidentelles entre l’été 2015 et l’été 2018

-        ces noyades accidentelles ont eu lieu en mer (44%), en piscines (31%) et sur les plans d’eau (22%)

-        La noyade est la 1re cause de mortalité par Accident de la vie courante chez les moins de 25 ans

Baignade en piscine : recensez les conseils prévention pour vos enfants

Quand le thermomètre s’affole, quoi de plus agréable que de se détendre dans une piscine ?

 

Afin de pouvoir profiter pleinement de ce moment rafraichissant, dotez votre piscine d’au moins 1 des 4 équipements sécurité normalisés et obligatoires (barrière, couverture, alarme ou abri de piscine, etc.), ou jetez un œil sur leur présence lorsque vous vous baignez chez des amis, ou en location de vacances, afin d’adapter les consignes données à vos enfants.

D’ailleurs, pourquoi ne pas initier vos petits baigneurs dès leur plus jeune âge à quelques principes de sécurité tout simples ?

-        Interdisez formellement à vos enfants de s’approcher de la piscine sans être accompagnés d’un adulte

-        Investissez dans des maillots de bain équipés de flotteurs

-        Mettez des brassards gonflables aux enfants les plus jeunes et à ceux qui ne savent pas bien nager. 

-        Ne quittez jamais des yeux les enfants lorsqu’ils se baignent.

-        Interdisez aux plus grands les jeux turbulents autour de la piscine et dans l’eau.

-        Après la baignade, retirez les jouets et bouées du bassin et prenez l’habitude de fermer à clef la porte menant à votre piscine.

-        Dès les 6 ans de votre enfant, n’hésitez pas à l’inscrire à des cours de natation.

Malin : accompagnez votre « règlement piscine » de petits dessins ou d’une histoire, afin de combiner pédagogie et prévention !

Baignade en mer : révisez votre checklist Voyages

Crème solaire, serviette de plage, maillot de bain… Vous pensez avoir tout prévu pour vous baigner lors de votre prochain voyage ?

Avant de piquer votre première tête dans la mer, n’hésitez pas à vous renseigner auprès des autorités locales ou des habitants, sur les plages équipées pour les familles et celles à éviter.

Attention : dans certains pays, les plages publiques ne sont parfois pas surveillées et les moyens de secours inexistants.

5 bons réflexes pour prévenir une noyade en mer

1. Le meilleur moyen d’éviter la noyade reste de ne jamais se baigner seul : une règle de base qui vaut d’ailleurs pour tout sport nautique.

2. Ne surestimez pas vos forces en vous éloignant du bord de la plage tout en étant certain de pouvoir revenir facilement. Informez-vous sur la présence de baïnes (zone agitée de la mer qui vous tire vers le large) ou de ressac éventuels (zone où les vagues se brisent sur des obstacles en surface ou sous-marins) éventuels qui une fois franchis, pourraient empêcher votre retour.

3. Vous êtes pris dans un courant ? Ne vous épuisez pas à lutter : laissez-vous porter en nageant vers une rive, même si elle est éloignée de votre point de départ.

4. Vous avez une crampe ou vous sentez en difficulté ? Essayez de ne pas paniquer, et ménagez vos forces. Agitez les bras seulement si vous êtes sûr que quelqu’un a une chance de vous voir. Les mouvements frénétiques épuisent rapidement et un corps détendu flotte mieux qu’un corps raidi.

5. Nagez sans précipitation ou faites la planche en battant des pieds, le temps que les secours arrivent. Même si cela peut paraître difficile dans ce contexte, obligez-vous à vous relaxer et à respirer profondément et lentement.

Rencontre inattendue avec la faune marine : saurez-vous bien réagir ?

Nous l’oublions parfois, mais certains animaux et plantes marines peuvent accompagner notre baignade et nous charmer par leur beauté… comme nous laisser un souvenir plus cuisant une fois de retour sur la plage !

C’est le cas de la piqûre de certains poissons venimeux (rascasses et vives en Méditerranée) qui provoque une douleur si vive qu’elle peut entraîner une perte de connaissance et en conséquence, un risque de noyade.

Plus familièrement, les déconvenues lors d’un bain de mer relèvent surtout :

  • des oursins : si votre petit dernier a mis le pied sur un oursin, veillez à retirer les piquants un à un de sa peau.
  • des rochers et coquillages : dans les lagons, ne posez pas les pieds sur le fond et ayez le réflexe sandalettes.
  • des coraux, anémones et méduses : au moindre contact, ils peuvent provoquer des brûlures de la peau. Et ce, même si elles sont échouées sur le sable ! Il existe des crèmes solaires qui protègent aussi des brûlures de méduses. Et si vous vous êtes fait piquer, essayez l’application de vinaigre, réputée pour soulager ces maux de la baignade.
  • des algues toxiques microscopiques : elles peuvent pulluler sous certaines conditions climatiques et provoquer brûlures ou démangeaisons après la sortie de l’eau. En général, lorsque ces algues envahissent les plages, la baignade est interdite.
  • des parasites : le risque infectieux et parasitaire concerne surtout la baignade en eau douce, dans les pays tropicaux. Par prudence, évitez de vous baigner dans les eaux chaudes et stagnantes, à l’embouchure d’un fleuve, aux abords des rejets d’égout ou même après une tempête. Cela, surtout si vous avez une plaie ou une écorchure, porte d’entrée privilégiée des bactéries.

Requins : légende ou réalité ?

Célèbre, le risque d’attaque par les requins est très faible, mais reste une réalité dans certaines régions (île de la Réunion, Australie, etc.). Les sites à risque sont signalés par des panneaux et les surfeurs et véliplanchistes sont sensibilisés au sujet, les requins ayant tendance à confondre leur planche avec un gros poisson ou un phoque.

Risque d’hydrocution : ayez le réflexe « prévenir & secourir »

Lorsque la différence de température entre le corps et l’eau est trop importante, un choc thermique se produit. Cet accident peut par exemple survenir à la plage, lorsqu’une personne qui a chaud s’immerge brusquement dans une eau fraîche. Vertige, fourmillements, maux de tête peuvent survenir et la mettre en danger dans l’eau.

Des précautions de base suffisent à éviter la plupart des hydrocutions :

-        Entrez progressivement dans l’eau, surtout s’il fait chaud.

-        Mouillez-vous le visage et le cou.

-        Évitez les baignades après un repas trop copieux ou arrosé.

-        Au moindre malaise, frissons ou en cas de crampe, sortez de l’eau !

Et si vous pensez qu’un de vos proches, ou un baigneur est victime d’hydrocution, suivez la démarche suivante :

- aidez la personne à sortir de l’eau.

- allongez-la et couvrez-la. Serviette de plage, paréo, foulard peut faire office de couverture

- si le malaise persiste, appelez les maîtres nageurs sauveteurs ou le SAMU (15).

À l’issue de ce tour d’horizon des risques liés à la baignade, vous voilà paré(e) pour profiter des joies de la mer ou de la piscine en famille. Bel été !

Lire la suite