Risques naturels : comment faire face aux événements climatiques

Lire la suite

Inondation, tempête, vague de froid… Pour réduire les impacts des événements climatiques, la préparation est très utile : il s'agit surtout d'avoir les bons réflexes. Découvrez les bons gestes à adopter avant, pendant et après l'événement climatique.

Les zones à risque en France

Ce risque naturel se manifeste différemment selon la topographie locale :

  • les cours d’eau sortent lentement de leur lit dans les plaines après de longs épisodes pluvieux
  • fleuves ou rivières quittent leur lit brusquement après de très fortes précipitations
  • les nappes phréatiques sont progressivement saturées
  • dans les secteurs urbanisés, le ruissellement sur les surfaces imperméabilisées telles que le bitume combinée à la saturation des réseaux d’évacuation entraîne la montée des eaux. Selon les régions, les inondations peuvent entraîner des ruptures de digues, des glissements de terrain ou provoquer d’importantes vagues.

Au cours des 30 dernières années, trois-quart des communes de France ont été concernées au moins une fois par un arrêté de catastrophe naturelle lié à une inondation.

Se préparer avant une inondation

Que vous soyez locataire ou propriétaire, contactez votre mairie pour consulter le Document d’Information Communal sur les Risques Majeurs (DICRIM) et le Plan de Prévention des Risques d’Inondation (PPRI).
Demandez aux services municipaux :

  • si votre logement se trouve en zone inondable
  • quels types de crue sont à craindre sur la commune (crues lentes ou crues torrentielles)
  • jusqu’à quelle hauteur peut monter l’eau.

Si vous vous trouvez en zone inondable, plusieurs mesures simples vous aideront à limiter les dégâts et conséquences d’une inondation :

  • conservez les biens de valeur hors de portée de la montée des eaux
  • photographiez vos biens pour garder des traces en cas de dégradations
  • mettez les documents importants à l’abri et sauvegardez des copies, par exemple dans un cloud
  • munissez-vous de batardeaux (de petites digues à placer derrière les portes, portes de garage et baies vitrées) pour ralentir la montée des eaux et testez leur installation par temps calme
  • disposez des sacs de sable ou de terre à proximité de la porte d’entrée pour ralentir l’entrée de l’eau
  • définissez une zone de survie à rejoindre en cas de crue, en hauteur et près d’une fenêtre pour faciliter une évacuation
  • laissez-y un tissu de couleur vive, à agiter pour vous signaler au secours
  • placez-y une corde pour faciliter une éventuelle évacuation
  • gardez un kit de survie aisément accessible

Se mettre à l’abri et protéger ses biens pendant une inondation

Apprenez à reconnaître les premiers signaux d’une crue et réagissez dès les premières alertes :

  • garez votre véhicule hors de portée de la montée des eaux
  • surélevez les meubles et l’électroménager
  • placez médicaments, produits chimiques, produits d’entretien et autres substances dangereuses en hauteur ou dans un meuble étanche, pour éviter toute pollution en cas de submersion
  • fermez les poubelles et rangez-les pour éviter qu’elles ne flottent
  • calfeutrez fenêtres et portes.

Dès que l’eau monte :

  • évitez de sortir
  • ne vous inquiétez pas pour vos enfants s’ils sont à l’école, ils seront les premiers pris en charge par les secours
  • coupez l’eau et l’électricité
  • montez dans les étages et rejoignez votre pièce de survie
  • restez à l’écoute des informations
  • si vous possédez une pièce enterrée, laissez l’eau pénétrer pour éviter un déséquilibre des pressions d’eau et réduire le risque d’effondrement.

Suivez les consignes d’évacuation

Quittez votre domicile seulement si la montée du niveau de l’eau vous y oblige ou si les secours vous le demandent.

  • Empruntez uniquement les itinéraires sécurisés et pour vous rendre sur les lieux d’accueil mis en place par les autorités.
  • Prévenez les pouvoirs publics si vous vous rendez ailleurs que dans un centre d’hébergement de la municipalité.
  • Ne traversez jamais une zone inondée.
  • Restez sur les trottoirs ou, à défaut, sur les zones goudronnées.

Après une inondation : réhabilitez votre habitation

Vous pourrez rentrer chez vous quand la mairie ou les secours vous auront délivré une autorisation personnelle.
La plus grande prudence reste de rigueur :

  • équipez-vous d’une lampe torche puisque votre logement sera privé d’électricité
  • vérifiez que les murs ne sont pas fissurés
  • contrôlez l’ensemble des pièces pour évaluer et hiérarchiser les dégâts
  • avant de remettre en marche les réseaux d’électricité, de gaz et de chauffage, contactez des spécialistes
  • aérez votre logement au maximum
  • évacuez rapidement l’eau stagnante
  • désinfectez les lieux à l’eau de javel (un verre d’eau de javel par seau de 10 litres d’eau, laissez agir 30 minutes avant de rincer)
  • prenez des photos des biens endommagés avant de les sortir de l’habitation
  • jetez aliments, médicaments, produits ménagers et produits polluants ayant été au contact des eaux de crue
  • attendez que les pouvoirs publics vous y autorisent avant de boire de l’eau du robinet.

Comprendre le phénomène en France

En moyenne, 15 tempêtes s’abattent chaque année sur le pays. Même si la façade atlantique et les côtes de la Manche sont plus souvent touchées, l’ensemble du territoire est exposé. On parle de tempête quand la vitesse du vent atteint 10 sur l’échelle de Beaufort, soit 89 km/h. Néanmoins, les épisodes les plus violents peuvent atteindre 200 km/h et causer d’importants dégâts humains et matériels.

Organisez-vous avant la tempête

Pour protéger au mieux vos proches et vos biens face aux tempêtes, suivez ces précautions de base :

Respecter les normes de construction des bâtiments

En France, les normes de construction prennent en compte les risques liés aux vents. Dans certaines régions particulièrement exposées comme le littoral atlantique, les constructions doivent prendre en compte les spécificités climatiques. Ainsi, les professionnels du bâtiment aménagent les pentes de toit, adaptent l’importance des débords ou choisissent l’orientation des ouvertures en fonction des particularités locales.

Se tenir prêt

Ayez toujours chez vous, un kit de survie avec des moyens d’éclairage de secours et des couvertures de survie au cas où vous seriez confrontés à des coupures d’électricité prolongées. Faites également des réserves d’eau potable et de nourriture.

Rester informés et disciplinés

Suivez régulièrement les prévisions météorologiques : les alertes sont lancées plusieurs jours à l’avance. A l’approche d’un phénomène dangereux, redoublez d’attention, écoutez les informations locales à la radio et suivez les recommandations des autorités.

Les bons réflexes pendant la tempête

Lorsque Météo France lance une alerte tempête rouge ou orange :

  • restez chez vous pendant tout le temps de l’événement climatique
  • si vous devez absolument vous déplacer, évitez le littoral et la proximité des forêts
  • signalez tous vos déplacements à vos proches
  • écoutez les informations locales à la radio
  • rangez tous les objets susceptibles de faire prise au vent
  • calfeutrez portes et fenêtres si vous vivez en façade littorale ou le long d’un estuaire
  • installez les groupes électrogènes à l’extérieur des bâtiments.

Autres dangers venus du ciel : attention à la foudre et à la grêle

Quand un orage menace, mettez-vous à l’abri sous un toit, débranchez les appareils électriques puis fermez portes et fenêtres.

  • Évitez la proximité des arbres
  • n’utilisez pas votre parapluie (il capte l’électricité des éclairs à plusieurs kilomètres)
  • Si vous êtes sur la route, restez à l’intérieur de votre voiture en vous éloignant des éléments susceptibles de tomber sur le véhicule. Le véhicule placé face au vent protégera les occupants efficacement : le pare-brise est censé résister à la pression
  • garez votre véhicule dans un garage ou un parking couvert.

Les bons gestes après une tempête

Les vents violents peuvent causer d’importants dégâts. Une fois l’épisode terminé, faites le tour de votre domicile pour constater les dégâts. Prêtez une attention particulière aux huisseries, à la toiture et à la cheminée.

Soyez prudents quand vous sortez !

  • Des tuiles peuvent avoir été soulevées : ne vous aventurez pas à réparer vous-même, appelez un couvreur professionnel.
  • Attention aux arbres : certains peuvent avoir été déracinés et menacent de tomber.
  • Des câbles électriques peuvent être tombés au sol : ne vous en approchez pas.
  • Suivez les itinéraires recommandés et les déviations mises en place par les pouvoirs publics.
Téléchargez le guide

Les dangers de la vague de froid

Une vague de froid se caractérise par :

  • des températures nettement inférieures aux normales saisonnières
  • son étendue géographique
  • son intensité
  • sa persistance

Les périodes de grand froid peuvent entraîner d’autres phénomènes dangereux, tels que le verglas sur les routes ou d’importantes chutes de neige. Avec le froid, le système immunitaire est plus vulnérable et vous risquez de tomber malade plus facilement.

Connaître les bons gestes avant et pendant une vague de froid

Aménagez votre domicile pour faire face aux plus durs moments de l’hiver sans attendre les premiers signes du grand froid.

Préparez-vous quand il fait encore bon :

  • Vérifiez l’étanchéité de votre habitation et prévoyez de quoi calfeutrer les ouvertures le moment venu ;
  • prévoyez un stock de vêtements chauds facilement accessible.

Une fois confrontés à la vague de froid, à l’extérieur :

  • protégez pieds, mains et visage pour éviter les engelures
  • veillez à ne pas rester trop longtemps immobile, surtout s’il y a du vent
  • mettez des vêtements adaptés (manteaux épais, chaussures rembourrées et crampons ou semelles spéciales pour éviter les chutes sur le verglas)
  • si vos vêtements sont humides, changez-les le plus rapidement possible
  • appliquez une crème hydratante sur vos mains et votre visage pour éviter le dessèchement
  • couvrez vos lèvres de matière grasse pour réduire le risque de gerçures.

Si vous devez prendre votre volant, restez vigilants et n'oubliez jamais que d'autres usagers peuvent être moins à l'aise ou moins bien préparés que vous.

À l’intérieur de votre logement :

  • purgez les robinets pour éviter que l’eau ne gèle et n’endommage les conduits
  • chauffez pour atteindre une température de confort, mais sans excès

Apprenez à reconnaître l’hypothermie

Une période de froid intense peut faire baisser la température corporelle de façon excessive. Des signes d’engourdissement, de chair de poule et de frissons se font sentir.

Plusieurs autres symptômes peuvent traduire un état d’hypothermie :

  • fatigue et somnolence
  • difficultés à se déplacer
  • baisse de la concentration
  • peau froide

Il convient alors de réchauffer rapidement la personne concernée, de la mettre à proximité d’une source de chaleur, de lui offrir une boisson chaude et des sucres rapides. Si l’état de s’améliore pas rapidement, appelez les secours.

Canicule et sécheresse : connaître leurs dangers

Trois critères combinés permettent d’identifier une période de canicule :

  • Il fait très chaud
  • les températures ne baissent quasiment pas pendant la nuit
  • le phénomène est constaté durant au moins 3 jours

De telles conditions deviennent particulièrement dangereuses pour les personnes les plus fragiles ou celles qui ne se protègent pas suffisamment :

  • les nourrissons et les enfants de moins de 4 ans
  • les travailleurs en extérieur
  • les malades
  • les personnes de plus de 65 ans

L’hyperthermie (le coup de chaud) et la déshydratation sont les principaux risques encourus. Avec l’âge notamment, le corps transpire moins, entraînant par conséquent une augmentation de la température corporelle qui peut provoquer une altération de la conscience.

Savoir réagir en cas de grosses chaleurs

Les manifestations de la canicule ne sont pas violentes et trop peu de gens se méfient suffisamment de ce risque naturel important.

  • Buvez régulièrement, même si vous n’avez pas spécialement soif
  • assurez-vous d’avoir suffisamment de réserves d’eau
  • utilisez brumisateurs et ventilateurs pour faire baisser votre température corporelle
  • prenez des nouvelles de votre entourage et donnez des vôtres
  • notez le numéro 0 800 06 66 66 de "Canicule Info Service" dans votre répertoire téléphonique, il est ouvert pendant les épisodes de forte chaleur, tous les jours, de 9h à 19h.

Soyez attentifs aux signes de la déshydratation

L’état de déshydratation arrive quand les pertes en eau de l’organisme sont supérieures aux apports.

Cela se manifeste par :

  • une diminution des urines qui prennent une teinte plus foncée
  • la langue sèche
  • le teint grisâtre
  • de la fièvre, voire parfois des troubles de la conscience et du comportement

La première chose à faire pour prévenir la déshydratation est évidemment de boire régulièrement, sans attendre la soif. Il convient également d’apporter un peu de sodium à l’organisme pour diminuer les pertes en eau.

Attention également à éviter l’insolation en vous protégeant la tête du soleil.

Qu’est-ce qu’un risque climatique ?

La France peut ainsi être confrontée :

  • aux inondations ;
  • aux tempêtes sur l’ensemble du territoire, mais aussi les cyclones en outre-mer ;
  • à la canicule en été ;
  • aux vagues de froid en hiver.

Êtes-vous concerné ?

Pour savoir si votre région est soumise à un risque climatique particulier, plusieurs sites de référence sont à votre disposition :

Pour évaluer plus exactement votre exposition à un ou plusieurs risques climatiques, vous pouvez consulter le Plan de Prévention des Risques Naturels (PPRN) en mairie. Les zones exposées aux risques naturels y sont recensées avec précision. Vous y trouverez également l’ensemble des mesures de prévention et de protection à mettre en œuvre pour limiter les conséquences des phénomènes météo exceptionnels.

Interrogez également vos voisins et les autorités compétentes en posant les questions suivantes :

  • Mon domicile est-il situé dans une zone inondable ?
  • Mon habitation est-elle susceptible d’être touchée par une tempête ?
  • Y-a-t-il déjà eu dans la région des épisodes de canicule ou de sécheresse ? Est-ce régulier ?
  • La région a-t-elle déjà subit d’intenses vagues de froid ? Si oui, sont-elles fréquentes ?

670 catastrophes naturelles ont été recensées en France entre 2000 et 2010. Si l’ensemble du territoire est concerné, la moitié sud du pays a été plus touchée.

Anticiper les événements climatiques : restez informés

L’impact des aléas climatiques diminue fortement si vous vous y êtes préparés. Pour avoir les bons réflexes au bon moment, suivez régulièrement les prévisions météorologiques. Météo France lance régulièrement des alertes pour vous prévenir du caractère exceptionnel ou dangereux de certains événements climatiques.

Devancez les situations d’urgence :

  • Identifier une pièce située en hauteur, avec un accès vers l’extérieur pour permettre une évacuation éventuelle ;
  • laissez-y un kit de survie avec vêtements de rechange, imperméables, bottes et les documents administratifs les plus importants ;
  • concevez un plan de secours de votre domicile ;
  • établissez un Plan Familial de Mise en Sûreté qui récapitule les bonnes actions à suivre en cas d’urgence ;
  • mettez à l’abri vos biens les plus précieux.

Comprendre les niveaux d’alertes émis par Météo France

L’établissement public de météorologie a défini 4 niveaux de vigilance pour vous avertir quand surviennent phénomènes climatiques hors-normes :

  • Vert : pas de vigilance particulière.
  • Jaune : soyez attentif si vous pratiquez des activités sensibles au risque météorologique.
  • Orange : soyez très vigilants, des phénomènes dangereux sont prévus
  • Rouge : une vigilance absolue s’impose, des phénomènes dangereux d’intensité exceptionnelle sont attendus.

Quand une alerte est lancée, Météo France précise la nature du risque pour que vous puissiez prendre des précautions en conséquence. Les services météorologiques actualisent 2 fois par jour une carte dédiée à la vigilance climatique.

Adoptez les bons réflexes pendant les événements météorologiques hors-normes

Si vous vous retrouvez pris dans un phénomène climatique exceptionnel cherchez d’abord à vous mettre à l’abri, ainsi que vos proches. Essayez de garder votre sang-froid en toute situation pour agir avec discernement.

  • Une fois en sécurité, restez où vous êtes en attendant l’arrivée des secours ;
  • composez le 112, numéro d’appel d’urgence européen si vous êtes témoin ou d’un accident ;
  • faites le 15 pour l’aide médicale d’urgence pour le SAMU ;
  • ou appelez le 18 pour les pompiers en cas de péril ;
  • déplacez-vous à deux personnes minimum ;
  • gardez un kit d’urgence près de vous (avec de l’eau potable, des vivres, vos médicaments, un porte-monnaie, une lampe à dynamo et une radio portable).

N’oubliez pas que la communication facilitera le travail des secours :

  • suivez les recommandations des pouvoirs publics via la radio (notamment locale), la télévision ou internet.
  • restez à l’écoute des sirènes et des messages transmis par porte-voix ;
  • veillez à garder le contact avec vos proches et vos voisins ;

Si vous recevez un avis de confinement :

  • fermez portes et fenêtres ;
  • calfeutrez les fentes avec du ruban adhésif ;
  • éteignez les systèmes de chauffage, de climatisation et les ventilateurs ;
  • montez, si possible, dans les étages.

Informez efficacement les secours

En cas d’urgence, allez droit au but et fournissez des informations précises à vos interlocuteurs :

  • votre identité ;
  • votre statut de victime ou de témoin ;
  • le motif clair et précis de votre appel ;
  • un numéro de téléphone sur lequel vous pouvez être joint si les secours ont besoin d’informations complémentaires.

Suivez les instructions des secours et posez des questions. Si vous n’avez pas compris, demandez de reformuler. Ne raccrochez pas en premier et attendez que les secours vous aient demandé de le faire.

Lire la suite