La presse et les blogs santé ne tarissent pas d’éloges pour les superaliments, nouveaux venus dans le monde de la nutrition : graine de Chia, baies de goji, chou kale, spiruline…sont devenus les stars de nos assiettes. Faut-il pour autant en consommer pour protéger sa santé ? Quelle place leur accorder dans notre alimentation ? Sont –ils vraiment nos alliés ou un simple effet de mode ? Quelques points de repère pour démêler le vrai du faux.

Superaliments : définition

A savoir : la notion de superaliments (également appelés "superfood") n’est ni scientifique ni médicale. Cette appellation désigne en fait des aliments (fruits, légumes, graines…) riches en nutriments : vitamines, minéraux, fibres et surtout antioxydants.

Les superaliments contre le stress oxydatif

Les radicaux libres : voilà l’ennemi. Notre corps, sous l’action de divers facteurs liés à notre mode de vie (stress, tabac, alcool…) fabrique des radicaux libres en excès. Ce stress appelé « stress oxydatif » (décrit communément comme de la rouille sur du métal) favorise un grand nombre de pathologies parmi lesquelles les affections cardio-vasculaires, les maladies dégénératives et les cancers. Un régime riche en antioxydants aiderait l’organisme, lorsqu'il n’en produit pas en quantité suffisante, à contrecarrer ces effets négatifs et à limiter le vieillissement cellulaire.

Quelques aliments riches en antioxydants :

  • Vitamine C : fruits (orange, citron, pamplemousse, kiwi, goyave, mangue, ananas), jus de fruits, persil, pommes de terre cuites en robe des champs, légumes (épinards, asperges, mais la cuisson détruit en partie cette vitamine)
  • Vitamine E : huiles végétales (tournesol, colza, olive), fruits oléagineux (noix, amandes, pistaches, avocat), graines de tournesol, céréales de petit-déjeuner, germe de blé
  • Bêtacarotène : carottes, tomates ainsi que tous les fruits et légumes colorés (verts, jaunes, oranges), patate douce, jaune d’œuf
  • Sélénium : fruits oléagineux (noix), coquillages (moules, huîtres, coquilles Saint-Jacques), crustacés, poissons (sardines, maquereau, thon), œufs, viandes, volailles et leurs abats
  • Zinc : huîtres, foie de veau, lentilles, pain complet, flocons d’avoine, hareng, œufs
  • Polyphénols : épices, thé surtout vert chocolat noir,  noix noisettes, grende, baies d’acai et goji …

Les superaliments contre l’inflammation chronique

Les superaliments sont des boucliers contre l’inflammation. Alors qu’elle est une réaction naturelle de l’organisme pour enrayer une infection, celle-ci s’avère problématique lorsqu’elle devient chronique. Pour en limiter les effets, il est recommandé de consommer des aliments riches en polyphénols mais aussi en « bonnes graisses » : les omégas 3. Souvent en déficit dans nos régimes alimentaires, elles protègent le cerveau, les yeux et le système cardio-vasculaire. Les graines de chia, très en vogue, en contiennent mais pas seulement : les poissons de mer, le foie de morue, les fruits oléagineux, les crustacés, les graines de lin...

Indispensable au bon fonctionnement du transit, les fibres renforcent la flore intestinale « amie ». C’est dans cette catégorie que l’on retrouve les graines de chia mais aussi le quinoa. 

Les superaliments : des aliments « miracle » ?

Beaucoup d’éléments interagissent lors de l’absorption d’aliments : le mode de cuisson, la conservation…
Même si les super aliments disposent de qualités nutritionnelles indéniables, il est difficile de se prononcer sur leur réel impact. Les nutritionnistes recommandent des règles de bon sens : varier son alimentation, consommer des fruits et légumes de couleurs différentes et privilégier des produits locaux de qualité et les produits de saison. A quoi bon grignoter des baies de goji aux pesticides ? En conclusion, on ne le répétera jamais assez : pour protéger votre santé, veillez à adopter un régime sain et équilibré et à pratiquer une activité physique régulière.

Lire la suite