Il y a moins de bons conducteurs cette année qu’en 2014, comme le révèle le dernier Baromètre AXA Prévention. Téléphone, alcool, fatigue au volant, non-respect du feu orange, excès de vitesse... Au volant, les Français manquent parfois d’esprit civique. Heureusement, la conduite des jeunes s’améliore.

Découvrez le baromètre du comportement des Français au volant 2018

Découvrez le baromètre 2018
Baromètre AXA Prévention - Les Francais bons ou mauvais conducteurs

Un bilan symptomatique d’un relâchement

Les automobilistes français oublient les règles de bonne conduite et les dangers associés à certains comportements :
- Le téléphone : des conducteurs toujours plus accros

Ainsi, 38 % d’entre eux l’utilisent, alors que téléphoner au volant multiplie par 3 le risque d’accident, avec ou sans kit mains libres. L’envoi de SMS, pratique encore plus risquée, est également en augmentation.

Baromètre AXA Prévention - Téléphone au volant

- L’alcool : la conscience du danger n’évite pas le risque

Première cause de mortalité sur la route, l’alcool multiplie par 8,5 le risque d’accident fatal. La majorité des conducteurs sait qu’il est dangereux de prendre le volant après 2 verres d’alcool. Ils sont pourtant 28 % à le faire. 6 % le font même après 4 ou 5 verres.

- La fatigue : la baisse de vigilance est risquée, et pourtant...

Cette année, les automobilistes sont plus nombreux à prendre la route de nuit pour des longs trajets, à conduire alors qu’ils sont fatigués ou pendant 4 / 5 heures d’affilée et à prendre des médicaments altérant la vigilance. La somnolence est pourtant la cause d’1 accident sur 3.

Alcool-au-volant-et-defaut-de-vigilance

- L’incivilité en ville : les rudiments du code de la route encore trop oubliés

Plus de 3/4 des conducteurs ne s’arrêtent pas au feu orange : là encore, la régression est sensible. Le clignotant est à peine mieux considéré : seul 1 conducteur sur 2 pense à signaler un changement de direction !

Baromètre AXA Prévention - Conduite en ville

On note tout de même deux éclaircies dans ce bilan :

- Le recours au kit mains-libres, qui tend à se généraliser

66 % des conducteurs l’utilisent, contre 58 % en 2014.
- Les risques des excès de vitesse sont mieux appréhendés et évités

Ainsi 74 % des automobilistes ont conscience du danger qu’ils représentent et la part des conducteurs roulant à 65 km/h en ville diminue, de 46 % à 44 %.

Le sens citoyen des Français en cause ?

L’augmentation des prises de risque au volant témoigne d’un certain individualisme, confirmé dans le rapport que les automobilistes français entretiennent entre eux. Ainsi :

- Sur la route, on a tendance à croire que le danger, c’est l’autre

Ainsi, alors que les deux-roues motorisés et les cyclistes sont les plus vulnérables sur la route, les automobilistes les considèrent comme les plus dangereux – respectivement 44 % et 32 %. 6 % des conducteurs pensent que ce sont les piétons, notamment quand ils se déplacent avec leurs écouteurs ou leur téléphone. Jeunes et seniors sont par ailleurs souvent pointés du doigt.

- Les conducteurs font globalement preuve d’incivisme

Énervement, non-respect des piétons et du code de la route : au volant, les Français manquent parfois d’esprit civique.

Baromètre AXA Prévention - Partage de la route

Lorsque les automobilistes sont accompagnés, ils se sentent en revanche plus responsables. Par exemple, si 19 % des conducteurs roulent à 160/170 km/h sur l’autoroute, ils ne sont plus que 5 % à le faire s’ils transportent un passager.

Baromètre AXA Prévention - Avec des passagers à bord

Les 18-25 ans sur la bonne voie

La vraie éclaircie est apportée par les nouvelles générations. Malgré leur tendance à relativiser les dangers et à commettre plus d’infractions, les jeunes font des progrès notables :
- Le téléphone est nettement moins utilisé : c’est l’amélioration la plus sensible (15 points) pointé par le Baromètre
- La vitesse en ville est désormais respectée par plus de la moitié d’entre eux.
- La conduite après 4 ou 5 verres d’alcool n’est plus le fait que de 2 % d’entre eux. Bien mieux que leurs aînés !

Baromètre AXA Prévention - Jeunes conducteurs

Profil des conducteurs français : la recrudescence des "Ambivalents"

Au cours de ces dernières années, le profil des bons conducteurs (les "Respectueux" (et dans une moindre mesure les "Légalistes") a évolué vers une nouvelle catégorie : les "Ambivalents". Très actifs sur le plan professionnel, habitant en zone rurale, ils passent plus de temps en voiture que la moyenne des Français (18 700 kms/an vs 14 600 kms/an). Respectueux des règles du Code de la route, ils s’exposent en revanche massivement aux nouveaux risques liés à l’usage du téléphone ou au manque de vigilance (fatigue et prise de médicaments). Ils ont un profil mixte, familial, plus jeune que la moyenne, et représentent aujourd’hui 17% des automobilistes.

Téléchargez l'infographie (Pdf - 116 Ko)
Lire la suite