Oui, mais modérément.

La méditation de pleine conscience (MPC), vous en avez sûrement entendu parler. Contre le stress, pour soulager le burn-out et le stress post-traumatique, pour améliorer la qualité de vie des personnes atteintes d’une maladie chronique ou grave, etc. Que disent les études sur l’efficacité de la MPC pour soulager les personnes qui souffrent d’anxiété ou de dépression ?

La méditation de pleine conscience, un continuel recentrage de l’attention sur l’instant présent

Pour résumer, la méditation de pleine conscience apprend à porter délibérément son attention sur le moment présent, sans jugement de valeur. Pendant une séance, malgré les images et les pensées qui surgissent, la personne recentre en permanence son attention sur l’instant.

La méditation de pleine conscience est habituellement dispensée en groupe (jusqu’à 30 participants), sur 8 à 10 semaines, en séances de 2 ou 2,5 heures par semaine. Différents exercices de méditation sont enseignés pour permettre à la personne de prendre conscience du moment présent. De plus, les participants sont invités à pratiquer la pleine conscience dans leurs activités quotidiennes : ce travail entre les séances est un élément important de la méditation de pleine conscience.

La méditation de pleine conscience, modérément efficace contre l’anxiété et la dépression

L’efficacité de la méditation de pleine conscience a été évaluée en 2014 par une analyse croisée (méta-analyse) de 47 études cliniques (dont seulement 10 ont été estimées de bonne qualité…) portant sur plus de 3 000 patients.
Dans cette analyse, après 8 à 36 semaines de pratique, la méditation de pleine conscience a montré une efficacité modérée contre l’anxiété (réduction des symptômes de 5 à 10 %, sur 11 études) et contre la dépression (réduction des symptômes de 10 à 20 %, sur 13 études).

Dans ces études, la méditation de pleine conscience ne s’est pas révélée plus efficace que d’autres thérapies non médicamenteuses comme l’activité sportive, les activités de relaxation musculaire ou les thérapies cognitivo-comportementales.

Un effet peut-être plus important dans la prévention des rechutes dépressives

Lorsque l’analyse croisée ne s’intéresse qu’aux études dites randomisées et contrôlées (un critère de qualité méthodologique) dans la dépression, quatre études de ce type montrent que la méditation de pleine conscience retarde la rechute dépressive. En effet, 60 % des patients des groupes de contrôle ayant connu 3 épisodes dépressifs préalables ou plus rechutent pendant les 12 mois du suivi, alors que ce taux de rechute n’est que de 32 % chez les sujets ayant participé aux séances de méditation de pleine conscience, une différence statistiquement significative.

Deux autres études randomisées et contrôlées menées chez des patients en rémission de plusieurs épisodes dépressifs et prenant un traitement antidépresseur ont montré que la méditation de pleine conscience semble une alternative efficace au traitement médicamenteux dans la prévention des rechutes.

Une évidente nécessité d’études plus ciblées

En octobre 2017, une quinzaine d’experts, sous la direction d’un psychologue australien, ont publié un article rappelant que la méditation de pleine conscience souffrait d’un manque de connaissances sur les troubles psychiques pour lesquels elle est réellement efficace. Ils s’inquiétaient de la voir utilisée pour une grande diversité de troubles, sans preuves formelles, simplement parce qu’elle était devenue populaire.

Au-delà des preuves scientifiques, une pratique qui n’est pas remise en cause

Même pour ces praticiens qui s’inquiétaient de l’usage irraisonné et irraisonnable de la méditation de pleine conscience, cette pratique n’est pas remise en cause. En particulier, aucun effet indésirable négatif n’a été rapporté dans les études. De plus, dans les cas de détresse psychologique, la méditation de pleine conscience a montré dans la méta-analyse de 2014 une efficacité significative pour réduire les symptômes, permettant ainsi un travail sur soi plus serein.

Pour en savoir plus

La méta-analyse de 47 études sur la méditation de 2014 (en anglais)

La méta-analyse de 4 études sur la rechute dépressive de 2011 (en anglais)

« Les approches psychothérapeutiques basées sur la pleine conscience (mindfulness) », Revue Psychothérapies, 2011

La mise en garde de 15 experts en octobre 2017 (en anglais)

Lire la suite