Multiplier par trois la part des déplacements à vélo pour arriver à 9 % des trajets effectués « en selle » : c'est l'ambition du Plan Vélo et Mobilités actives d'ici à 2024. [1] Une initiative gouvernementale soutenue par notre association, également engagée en faveur d’une utilisation plus large, mais aussi plus sécurisée de la petite reine pour les déplacements des Français…

Des aménagements cyclables se développent dans toute la France pour inciter à pédaler, et ainsi diminuer la pollution de l'air. Car c'est démontré : se déplacer à vélo plutôt qu'en voiture contribue à réduire les émissions de CO2 [1]. Un geste simple et accessible pour nous rapprocher de l'objectif de neutralité carbone en 2050, porté par les pouvoirs publics, et vivre plus longtemps en bonne santé !

 

Lire notre article sur l’usage du vélo et la réduction des émissions de CO2

Lire notre article quant aux bénéfices de 30 minutes de vélo par jour sur notre espérance de vie

 

Malgré les bienfaits du vélo, nous ne l'utilisons aujourd’hui que dans 3% de nos déplacements. En cause : la peur de se le faire voler, et le manque d'infrastructures adaptées aux deux-roues non motorisés. [2]

 

Pour lever ces blocages, le Plan Vélo s'engage !

Mobilités actives : économiques, écologiques, et socialement vertueuses

Nombreux sont ceux qui rêvent d’aller travailler en vélo ou à pied… Modes de déplacement écologiques par excellence, le vélo et les autres solutions estampillées « mobilités actives » (trottinette, rollers, etc.) permettent souvent d'arriver plus vite à destination et de pratiquer une activité physique régulière essentielle à la santé, notamment en ville ! [3]

 

Voyager à vélo contribue aussi à faire des économies. Alors qu'un trajet en voiture coûte en moyenne 40 centimes d'euros par km, le vélo est assurément bon pour votre portefeuille ! [1]

 

Accessibles à tous, les mobilités actives transcendent ainsi les inégalités sociales et offrent des opportunités pour développer des activités cyclables, souvent locales, notamment dans le secteur du tourisme de proximité. Se dépayser à moindre coût, à quelques kilomètres de chez vous, cheveux au vent (sous votre casque) et en pédalant, ça vous dit ?

 

Les initiatives autour de l’innovation, la location, la vente ou la réparation de vélos représentent également un fort potentiel économique pour les territoires dans lesquels elles sont déployées [3].

Plan Vélo : lever les obstacles aux mobilités actives

Si les mobilités actives ont autant d'atouts, pourquoi ne circulons-nous pas tous à vélo ? Le Baromètre des villes cyclables s'est penché sur la question à l'occasion des Assises nationales de la mobilité en 2017.

 

Verdict : le manque d'aménagements adaptés est la principale cause de notre frilosité à adopter le vélo plus largement. [3] On le sait pourtant, son utilisation incarne le mode de déplacement le plus performant pour les trajets de moins de 5 km [4], qui représentent aujourd’hui 60% des circuits domicile-travail [4bis].

« Savoir rouler à vélo » : le développement d’une culture vélo comme autre levier vers la généralisation de son usage [4]

Ce programme (déployé par de nombreux acteurs de la prévention, du sport, et le gouvernement) a pour mission de former les enfants de 6 à 10 ans à la pratique du vélo. Cela représente aujourd’hui environ 850 000 enfants par tranche d’âge… et autant de futurs cyclistes, ambassadeurs de ce mode de déplacement « green » !

 

Parmi les objectifs de cette initiative ? Permettre à tous les élèves entrant au collège d’être capables de se déplacer à vélo de manière autonome, et en conditions réelles de circulation, d’ici 2022.

Des mesures et aménagements pertinents pour les mobilités actives

L'appel du cycle a été entendu ! En 2018, la France lance le Plan Vélo et Mobilités actives qui comprend une série de mesures pour développer les aménagements cyclables et la sécurité à vélo.

 

À travers un système de subventions pour les collectivités et des mesures incitatives pour les employeurs, le Gouvernement cherche à faire croître l'usage du vélo sur tout le territoire.

 

Multiplication des parcours cyclables sécurisés, développement des voies vertes,  zones de circulation réservées, création d'espaces de stationnement dans les gares et les bâtiments : dans toute la France ces aménagements visent à faciliter nos déplacements actifs.

 

La mise en place d’un numéro d’identification pour chaque « petite reine » (vendue neuve, ou cédée d’occasion) est une autre mesure du Plan Vélo visant à minimiser la revente illicite et à faciliter le pistage et la restitution des vélos volés [4].

 

Ce plan incarne incontestablement une initiative vers une meilleure santé pour tous et la neutralité carbone en 2050, à laquelle nous pouvons tous contribuer… alors à vos marques, prêts, roulez !

Sources

[1] Gouvernement, présentation du Plan Vélo https://www.gouvernement.fr/sites/default/files/document/document/2018/09/dossier_de_presse_-_plan_velo_-_vendredi_14_septembre_2018.pdf

[2] Parlons Vélo, https://www.parlons-velo.fr/loi-climat-r%C3%A9silience

[3] FUB, Vers une stratégie nationale vélo et mode actifs, 2017, https://7f28eb1b-fa21-43a8-abae-a8b0fd446318.filesusr.com/ugd/c341d0_e64476855a5640f0990f5b0ab2fb37c7.pdf

[4] Site ministère de la transition écologique https://www.ecologie.gouv.fr/velo-et-marche

[4bis] https://www.insee.fr/fr/statistiques/5013868

Lire la suite