Le baromètre AXA Prévention 2021 sur le comportement des automobilistes est riche en nouvelles encourageantes. Sur la route, les modifications des habitudes de déplacements, liées à la crise sanitaire, vont globalement dans le bon sens...

Selon le 17e Baromètre AXA Prévention, le pourcentage de bons conducteurs atteint d’ailleurs 53 % en 2021, soit une hausse de 6 points par rapport à 2019 même si l’usage du téléphone au volant reste bien trop élevé.

 

En parallèle, de plus en plus de Français privilégient les mobilités douces lors de leurs déplacements. Ces nouvelles habitudes font toutefois émerger de nouveaux risques, notamment chez les trottinétistes…

Comportement des usagers de la route : moins de conduites à risques en 2020

La crise sanitaire nous a mis face à une approche collective des risques : « si je porte un masque, ce n’est pas seulement pour me protéger mais c’est aussi pour protéger les autres ».

 

Les principes de co-attention et d’interdépendance sont devenus clés dans la lutte contre le virus. Et ils sont également clés dans la réduction des accidents de la route.

 

Il semble que la prise de conscience soit amorcée, puisque les automobilistes ont fait preuve de davantage de prudence et de souci des autres en 2020, comparé aux années précédentes. Les conduites à risques diminuent, et les résultats montrent que :

 

  • 74 % des conducteurs roulent à 10 ou 20 km/h au-dessus de la vitesse autorisée. Or en 2019, ils étaient 81 % à être régulièrement en dépassement de la vitesse-limite. Soit 7 points de moins en une année… ;
  • 65 % ne s’arrêtent toujours pas au feu orange. C’est le taux le plus bas enregistré par notre Baromètre depuis 17 ans. Ils étaient 71 % en 2019 ;
  • 34 % doublent ou tournent sans avoir mis leur clignotant, soit 7 points de moins que l’année précédente (41%) ;
  • 14 % conduisent en ayant pris des médicaments pouvant altérer la vigilance au volant, contre 21 % en 2019

Téléphone au volant : une habitude persistante

L’étude réalisée par Kantar pour AXA Prévention montre également que, malgré une amélioration globale du comportement des conducteurs, le téléphone au volant reste une mauvaise habitude très ancrée chez les usagers de la route. 69 % de ces derniers l’ont utilisé en conduisant en 2020, contre 70 % en 2019.

 

Ces chiffres gagnent à être largement diffusés, pour la sécurité de tous : l’usage du téléphone au volant multiplie par 3 le risque d’accident. Entre conduire ou surfer, il faut donc faire un choix…

 

Sans justifier le phénomène, l’explication peut se trouver dans la diffusion du syndrome dit de FOMO (pour "Fear Of Missing Out"), qui renvoie à un besoin irrépressible d'être constamment en relation avec les autres. Il concerne aussi la nécessité de ne rien manquer des dernières actualités ainsi que d'être joignable à tout moment.

 

Anxieux à l’idée d'être coupés du monde, les utilisateurs de smartphones résistent difficilement à l’appel de l’écran qui sonne ou qui vibre, a fortiori dans un monde qui, en temps de crise sanitaire, limite nos contacts physiques et nous invite à privilégier les contacts virtuels.

 

Pour aller plus loin, consulter notre article dédié à la prévention de l’usage du téléphone au volant.

Trottinétistes : les « mauvais élèves » de la mobilité douce

Les confinements successifs et les périmètres de déplacement limités ont incité les Français à adopter de nouvelles habitudes. Les trottinettes électriques ont ainsi de plus en plus la cote pour se déplacer en ville, et effectuer les petits trajets du quotidien.

 

Et c’est une bonne nouvelle, car cette les mobilités douces répondent à de nombreux enjeux :

 

  • moins de pollution,
  • moins d’embouteillages,
  • une diminution de la saturation des transports en commun,
  • moins d’encombrement de l’espace public etc.

 

Toutefois, nous devons tous être vigilants pour minimiser la généralisation des comportements dangereux. Des constats doivent nous inciter à sensibiliser nos proches, pour leur sécurité :

 

  • 40 % des propriétaires ou usagers des trottinettes en libre-service ne connaissent pas en détail la réglementation pour les EDPM (engins de déplacement personnel motorisés) ;
  • 8 sur 10 conduisent sur les trottoirs ;
  • 59 % passent à vive allure à côté de piétons.

 

Ils sont également :

 

 

Vous aussi avez décidé d’adopter ce mode de déplacement ? Découvrez notre guide dédié à la sécurité en trottinette électrique. Des informations à consulter et à partager, sans modération !

Lire la suite