Baromètre AXA Prévention 2018 : le comportement des Français au volant

Le 14ème Baromètre AXA Prévention du comportement des Français au volant est sorti ! Vitesse, incivilités, téléphone, alcool... Zoom sur les pratiques des Français sur la route en 2018.

La vitesse, 1ère cause de mortalité sur la route

Concernant la vitesse, en dépit de réels efforts en ville et sur l’autoroute, les chiffres restent alarmants. 76% des conducteurs de deux-roues font des excès de vitesse, et des écarts significatifs existent selon la cylindrée. Parallèlement, si les jeunes de 14 à 17 ans sont plus respectueux des vitesses en ville que leurs aînés, la consommation de cannabis (8 % d’entre eux), le selfie ou l’écoute de musique en conduisant s’instaurent comme des pratiques générationnelles trop fréquentes.  

A noter également une très nette amélioration concernant l’équipement, les conducteurs de 2RM sont 77% à porter des vêtements adaptés alors qu’ils étaient 53% en 2014. Attention danger pour les enfants passagers : ils ne sont pas aussi bien équipés que les adultes !

Vitesse : des disparités frappantes selon la puissance du véhicule
Quel que soit le type de routes, les conducteurs de motos lourdes (+de 125cc) sont 86% à admettre faire des excès de vitesse, tandis que les conducteurs de motos légères (de 50cc à 125cc) sont 65%.

Sur les routes secondaires bidirectionnelles encore limitées à 90 km/h, 48% roulent à 120-130 km/h. Ce chiffre est ramené à 18% pour les conducteurs de motos légères.

En ville, 56% circulent à plus de 65 km/h, alors que les conducteurs de motos légères sont seulement 15%.

Motards ou scootéristes, moins nombreux à prendre des risques qu’il y a 4 ans

En 2017, les conducteurs de moto sont les plus touchés par la hausse de la mortalité avec 669 décès, +9% (Source ONISR). Si en 2018, ils sont moins nombreux à avoir un comportement dangereux sur la route, les chiffres sont encore bien trop élevés :

  • 39% roulent à 65 km/h en ville (vs 49% en 2014 soit -10 points)
  • 24% doublent ou tournent sans mettre son clignotant (vs 38% en 2014 soit -14 points)
  • 21% roulent à 160-170 km/h sur autoroute (vs 32% en 2014 soit -11 points)
  • 11% téléphonent (vs 21% en 2014 soit -10 points)
  • Des progrès ont été enregistrés sur la consommation d’alcool : ils ne sont plus que 5% à prendre le volant après avoir bu 4 ou 5 verres (vs 10% en 2014 soit -5 points)

Virage, la courbe meurtrière pour les motards et les scootéristes

Selon les chiffres de la Sécurité Routière, 43% des chutes mortelles à moto ont lieu dans un tournant. Pas étonnant, donc que 42% des conducteurs, quelle que soit la cylindrée, reconnaissent s’y sentir en insécurité et pourtant, 45% y font des excès de vitesse.

Dans ces virages, les conducteurs de 2RM désignent les autres usagers (autos, poids lourds...) comme leur principale source d’insécurité à 67%, suivi du risque d’être déséquilibré à 37% puis le danger que représentent les glissières à 34%.

Le saviez-vous ?

  • Le risque d’être tué en 2RM, conducteur ou passager, rapporté à sa part dans le trafic motorisé, est 21 fois plus élevé que pour les occupants d’une voiture et cela croît jusqu'à 26 pour un conducteur de moto lourde.
  • En cas de freinage d’urgence une moto parcourt 3 mètres de plus qu’un véhicule de tourisme à 50 km/h et 7,5 mètres à 90 km/h.

Sur un deux-roues, les 14 – 17 ans et les adultes ne prennent pas les mêmes risques

Quand les adultes n’hésitent pas à dépasser les vitesses autorisées, franchir une ligne blanche ou passer au feu orange, les plus jeunes, en cyclomoteur, prennent des risques très différents. Ils utilisent plus leur portable en conduisant : pour écouter de la musique avec les écouteurs dans les oreilles, faire des selfies ou se filmer. Ils sont aussi plus nombreux à consommer du cannabis avant de conduire.

Le saviez-vous ?

  • Les jeunes de 14 ans à 17 ans circulant en deux-roues motorisés étaient les plus touchés en 2016, avec 962 blessés hospitalisés et 25 tués (Source ONISR).
  • Consommer du cannabis multiplie par 2 le nombre d’accidents mortels (Source ONISR). La combinaison cannabis et alcool multiplie ce risque par 15 (Source Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT)).

Les conducteurs de motos et de scooters de mieux en mieux équipés

Les motards et scootéristes sont 77% à porter des vêtements adaptés (blouson, bottes, gants homologués, pantalon de moto, casque), alors qu’ils étaient seulement 53% en 2014. Un taux d’équipement qui passe à 85% quand ils conduisent une grosse cylindrée. En revanche, les conducteurs de motos légères ne sont pas aussi bien équipés (71%). 9 conducteurs de 2RM sur 10 savent qu’il est obligatoire de porter des gants homologués et en portent. En revanche, ils ne sont que 67% à savoir qu’il est obligatoire de posséder un gilet de haute visibilité dans son véhicule et 78% à en détenir un. A noter également, que seulement 4% des conducteurs de 2RM portent un gilet airbag, principalement pour une question de coût.

Attention à l’équipement des enfants passagers

1 conducteur sur 4 transporte des enfants occasionnellement sur des trajets courts et ne les équipent pas suffisamment : 21 % ne portent pas de gant homologués. 49 % ne portent pas de blouson avec protections et seuls 13 % des enfants portent des chaussures adaptées lors des trajets. Pire encore : 4 % des enfants passagers ne portent pas de casque.

Rendez-vous aux Journées Nationales de la Moto et des Motards

L’association AXA Prévention sera présente, avec Club 14, à la 5ème édition des Journées Nationales de la Moto et des Motards qui auront lieu les 16 et 17 juin 2018 à Fontainebleau

L’objectif est de rappeler l’importance de l’équipement auprès des petits et des grands, afin de sensibiliser toute la famille à une bonne pratique du deux-roues motorisés. Une animation « Sauve tes petits doigts » permettra de distribuer des paires de gants enfants homologués aux parents à l’issue de sessions de sensibilisation sur l’équipement et la conduite avec un enfant passager, menés par l’Ecole de Conduite Française (ECF).

Les plus petits de 3 à 11 ans pourront participer à des ateliers, inspirés de la collection de livrets pédagogiques « La famille Klaxon » dédiés à la prévention des risques routiers. Des exemplaires seront remis par AXA Prévention aux familles participantes.

Les adultes pourront également gagner des équipements innovants pour une meilleure protection : gilets air bag, dispositifs vision tête haute (Système Eye-light) ou encore feux de freinage connectés.

Sources

(1) Enquête KANTAR TNS réalisée du 12 au 29 janvier 2018 auprès d’un échantillon national de 1560 automobilistes représentatifs, dont 170 conducteurs de véhicules de société et 435 conducteurs de deux-roues motorisés, dont 101 conducteurs de 14 à 17 ans.

(2) ONISR : Observatoire National Interministériel de la Sécurité Routière (ONISR).

Rouler trop vite : un mal français

Alors que la vitesse excessive ou inadaptée reste la première cause de mortalité routière, 8 Français sur 10 jouent toujours avec la pédale d’accélération. Ils sont décidément sourds aux dangers de la vitesse au volant, à tel point que 76% d’entre eux ne sont pas favorables à l’abaissement de la vitesse autorisée à 80km/h sur le réseau secondaire (1) au 1er juillet 2018. Rouler trop vite reste résolument un mal français.

Malgré une légère amélioration, les chiffres sur la pratique d’excès de vitesse restent bien trop élevés pour s’en réjouir. Même s’ils n’apprécient guère qu’on colle leur véhicule (46% en sont agacés), entre « petits » et « grands » écarts, c’est 78% des Français qui font des excès de vitesse (vs 83% en 2017).

Sur les routes secondaires (1), ils sont seulement 13% à se sentir en sécurité.
Ils dénoncent en premier lieu :

  • le comportement des autres usagers (85%)
  • le manque d’entretien des infrastructures (56%)
  • la mauvaise signalisation des dangers (23%).

Pourtant 54% roulent à 100-110 km/h (vs 60% en 2017) et 15% à 120-130 km/h (vs 18% en 2017) sur ces routes encore aujourd’hui limitées à 90 km/h. Et quand on les interroge sur l’abaissement de la vitesse autorisée à 80 km/h, 76% n’y sont pas favorables. Plus de la moitié des conducteurs perçoivent cette mesure comme une nouvelle taxe déguisée et 36% la trouvent inutile. 71% des automobilistes expliquent qu’il leur arrive déjà de rouler parfois à 80 km/h, mais principalement parce qu’ils y sont contraints à cause des conditions de circulation.

Sur autoroute (2), 39% roulent encore à 140-150 km/h (vs 45% en 2017). Les grands excès de vitesse poursuivent lentement leur baisse : 9% roulent à plus de 160 km/h (vs 11% en 2017).

En ville, où l’on recense plus de 1 000 tués en 2016 et 37 176 accidents corporels (2), 30% roulent à plus de 65 km/h (vs 34% en 2017) dans les zones limitées à 50. Outre la vitesse :

  • 74 % avouent ne pas s’arrêter au feu orange (-5 points vs 2017)
  • 39 % à doubler sans mettre son clignotant (-4 points).

(1) Les routes du réseau secondaire sont les plus meurtrières, elles représentent environ 400 000 kilomètres de route et concentrent 55% des accidents mortels (1 911 morts en 2016). Source Observatoire National Interministériel de la Sécurité Routière (ONISR).

(2) Source : Observatoire National Interministériel de la Sécurité Routière (ONISR).

Enquête KANTAR TNS réalisée du 12 au 29 janvier 2018 auprès d’un échantillon national de 1 560 automobilistes représentatifs, dont 170 conducteurs de véhicules de société et 435 conducteurs de deux-roues motorisés, dont 101 conducteurs de 14 à 17 ans.

Vitesse : les conseils de prévention

1. Aller vite, ne vous fera pas arriver le premier. Rouler à 150 km/h sur autoroute au lieu de 130 km/h sur un trajet de 100 km ne fait gagner que 6 minutes.

2. Adaptez votre vitesse aux conditions de circulation et ne dépassez pas les limitations de vitesse autorisées. Si la situation de conduite devant vous se complique (mauvaise visibilité, conditions météo, trafic dense etc.), vous serez prêt à agir.

3. Utilisez le régulateur de vitesse. Si votre véhicule en est équipé, cet outil vous aidera à réguler votre allure.

Baromètre AXA Prévention 2018 : découvrez les chiffres

Infographie : la vitesse des Français sur la route

Série "4 jeunes, 1 permis" : réduire sa vitesse permet de réduire le nombre d'accidents

Le communiqué de presse

Zoom sur les incivilités sur la route

Plus de 9 sur 10 estiment que les rapports entre les Français sur la route ne s’améliorent pas. Automobilistes, conducteurs de deux-roues motorisés, cyclistes, piétons, utilisateurs de glisse urbaine, nous ont révélé les 5 pratiques les plus dangereuses qui nuisent à leur cohabitation. L’usage du smartphone au volant apparaît comme le premier danger (66%). Les automobilistes réclament donc un durcissement des sanctions à son encontre. Et cela, même si paradoxalement ils sont 38% à l’utiliser au volant.

La saturation de la circulation a fortement fait progresser d’autres moyens de locomotion (scooter, vélo, trottinette électrique, hoverboard…) et la cohabitation est difficile.

Les Français sont de plus en plus multimodaux et quels que soient leurs modes de déplacement, ils agissent selon leurs propres règles, sans respecter ni le code de la route, ni les autres usagers :

  • 82 % des piétons traversent en dehors des passages cloutés (3)
  • 58 % des cyclistes roulent sur le trottoir alors que c’est interdit (sauf pour les moins de 8 ans). C’est certainement parce que 73% d’entre eux se sentent en insécurité sur la route, qu’ils décident d’emprunter le trottoir
  • 40 % des usagers de glisse urbaine (4) passent à côté d’un piéton à vive allure à tel point que 57 % des piétons en sont indignés

Ces prises de liberté font que la route est un lieu de fortes crispations. C’est presque 8 automobilistes sur 10 qui s’énervent ou insultent les autres usagers. Et tous s’en donnent à cœur joie : 68% des conducteurs de deux-roues motorisés, 45% des cyclistes, 38% des piétons et 29% des usagers de glisse urbaines.

Et on le constate chez tous les usagers : ils s’autorisent à faire ce qu’ils détestent voir chez les autres.

Enquête KANTAR TNS réalisée du 12 au 29 janvier 2018 auprès d’un échantillon national de 1 560 automobilistes représentatifs, dont 170 conducteurs de véhicules de société et 435 conducteurs de deux-roues motorisés, dont 101 conducteurs de 14 à 17 ans.

Les conseils de prévention

La route est un espace qui se partage, ce qui implique un respect mutuel de la part de ceux qui s’y déplacent.

  • Piétons : si un passage piétons est situé à moins de 50 mètres, empruntez-le pour traverser. Pour traverser, assurez-vous que les feux de signalisation, la visibilité et la distance des véhicules le permettent.
  • Cyclistes : vous devez respecter le Code de la route au même titre que les automobilistes (notamment les feux de signalisation, les stops et les priorités).
    Pour votre sécurité : utilisez un vélo en bon état, portez un casque et un gilet de sécurité avec bandes réfléchissantes. Cela vous aidera à être moins vulnérable sur la route.
  • Cyclomotoristes et motocyclistes : sachez maîtriser votre deux roues. Prévenez et anticipez les comportements des autres usagers et évitez tout changement brusque de direction. Maintenez vos distances de sécurité. Vérifiez l'état de votre véhicule. Portez un équipement complet quelque soit la saison : casque, gant, mais aussi chaussures montantes, blouson renforcé...
  • Usagers de glisse urbaine : si vous utilisez des rollers ou une patinette, vous devez circuler sur les trottoirs et respecter les piétons.
  • Automobilistes : tenez compte des usagers plus vulnérables que vous. Cédez le passage aux piétons lorsqu’ils traversent sur la chaussée et ralentissez à l’approche des passages piétons. Adaptez votre vitesse en fonction des usagers rencontrés, du lieu traversé et des circonstances climatiques. Écartez-vous d’au moins un mètre des trottoirs, des vélos et des bus à l’arrêt.

Baromètre AXA Prévention 2018 : découvrez les chiffres

Série "4 jeunes, 1 permis" : dans les embouteillages, rester calme et vigilant

Le communiqué de presse

Téléphone & alcool au volant : la prise de conscience semble être amorcée

En 2018, on utilise moins son téléphone au volant (38% téléphonent vs 47% en 2017).
Ce comportement demeure néanmoins le plus agaçant pour les automobilistes (59%). D'ailleurs, 69% des conducteurs considèrent qu’il est indispensable de sanctionner son usage avec plus de rigueur.

Quant à la sensibilisation des effets de l’alcool au volant, c’est le domaine de prévention jugé comme prioritaire par les Français.

  • 64% des conducteurs sont favorables à la nouvelle mesure sur la mise en place d’un éthylotest anti-démarrage (EAD) pour éviter les récidives
  • 38% pensent même qu’elle devrait être appliquée à tous les conducteurs.
  • Ils sont malgré tout encore 27% à prendre le volant après avoir bu plus de 2 verres d’alcool (28% en 2017).

Enquête KANTAR TNS réalisée du 12 au 29 janvier 2018 auprès d’un échantillon national de 1 560 automobilistes représentatifs, dont 170 conducteurs de véhicules de société et 435 conducteurs de deux-roues motorisés, dont 101 conducteurs de 14 à 17 ans.

Les conseils de prévention

Téléphone au volant

  • Attendez d’être arrêté pour passer vos appels ou rappeler les personnes qui ont essayé de vous joindre. Précisez-leur que vous étiez au volant, ils comprendront et préféreront votre attitude prudente.
  • Lire ou écrire un SMS au volant multiplie par 23 le risque d'avoir un accident (Source ONISR). Quelques secondes d’inattention suffisent à causer un accident grave (piéton renversé, déviation de la conduite…).
  • Si vous utilisez le GPS de votre téléphone : programmez votre itinéraire avant de prendre la route, positionnez votre téléphone sur un support adapté et ne le manipulez plus en cours de conduite.

Alcool au volant

  • Si vous ne pouvez pas vous faire raccompagner, dites "Non merci, je conduis, je ne prends pas d’alcool", vous ferez preuve d'exemplarité vis-à-vis de votre famille, collègues ou ami(e)s.
  • Prenez le réflexe d'évaluer votre taux d'alcoolémie avant de prendre le volant. Il vaut mieux renoncer à conduire, quitte à dormir sur place ou à se faire raccompagner par un conducteur sobre.
  • Sachez que le taux d’alcoolémie baisse en moyenne de 0,10 g/l à 0,15 g/l d’alcool en 1 heure. Café salé, cuillerée d’huile, bonbon à la menthe… Rien ne permet d’éliminer l’alcool plus rapidement.

Série « 4 jeunes, 1 permis » : être au téléphone perturbe la concentration

Le communiqué de presse

Et vous, êtes-vous suffisamment bien informés sur le code de la route ?

Faites le quiz pour découvrir votre niveau de connaissances !

Votre score est de 0 sur 0

Votre score est de 0 sur 0

Votre score est de 0 sur 0

Infographie code de la route 2018

Lire la suite
à voir sur le même sujet