L'alcool au volant tue, le cannabis aussi, et la combinaison des deux multiplie par 15 le risque de mourir sur la route. Pour le conducteur…et les passagers !

Le cannabis pour étourdir…

Même si 93 % des jeunes estiment qu'il est très dangereux de conduire après avoir fumé du cannabis, l'opinion selon laquelle un petit joint ne prête guère à conséquence au volant ou au guidon reste répandue. Pourtant toutes les études montrent que le cannabis multiplie par deux le risque d'accident mortel. S'il est vrai qu'il incite à ralentir et à augmenter ses distances de sécurité, il entraîne étourderies, difficultés de coordination et de concentration, incapacité à maintenir sa trajectoire. Après avoir oublié d'attacher sa ceinture et d'allumer ses feux, le conducteur tient mal sa droite, oublie de freiner au feu rouge, coupe ou loupe un virage. Présents dès les premières bouffées, cette dégradation des capacités de conduite augmente avec la dose de THC – le principe actif du cannabis.

…l'alcool pour accélérer

A la différence du cannabis, le conducteur ayant bu ne se sent absolument pas diminué. Au contraire, il se sent en pleine forme, et même mieux que ça, "d'attaque" ! C'est l'effet désinhibant, présent dès le premier verre, et qui incite à se lâcher, à augmenter sa vitesse, à tenter un dépassement impossible. Un comportement plus masculin que féminin : plus de 90 % des conducteurs impliqués dans un accident corporel ou mortel avec un taux d’alcoolémie positif sont des hommes. Ce premier verre diminue aussi la résistance à la [somnolence](/prendre-route/securite-automobile/somnolence-volant). Au delà de deux verres, s'ajoutent baisse de la vigilance, réflexes émoussés, perte d'équilibre, vision rétrécie – en tunnel, sensibilité accrue à l'éblouissement et moindre perception des distances. Dès le seuil légal de 0,5 g d'alcool par litre de sang, le risque d'accident est multiplié par deux, par dix à 0,8 g/l et par 35 (!) avec 1,2 g/l.

Alcool x Cannabis =…

Parce qu'ils affectent des zones différentes du cerveau, l'alcool et le THC n'additionnent pas leurs effets, ils les multiplient ! Même à doses modérées, le cocktail alcool + cannabis multiplie par 15 la probabilité de mourir sur la route.

Ce cocktail provoque des accidents incompréhensibles, le plus souvent sans autre véhicule impliqué. Le conducteur sort de la route sans raison apparente, accélère au lieu de freiner dans un virage ou, surpris par des phares, se jette dans un arbre.

Boire fait fumer… et réciproquement

L'alcool désinhibe et lève les appréhensions : après quelques verres, on accepte le joint proposé. De même, le relâchement – et la soif- induits par la première bouffée de cannabis incite à prendre un verre. Dès le mélange entamé, se produit ce que les survivants d'accident décrivent comme un siphon : on est littéralement aspiré par la consommation des deux produits et les doses augmentent très vite. De manière frappante, les victimes de ce cocktail n'ont aucune conscience de leur état et ne se souviennent pas avoir pris la route.

La responsabilité du passager

Même pour qui ne prend pas le volant, l'alcool ou le cannabis et a fortiori les deux présentent un gros danger : celui d'être incapable de jauger l'état de conduire de celui qui prend le volant ou de réagir en cas de conduite à risque. N’oublions pas en effet que près d’un mort sur 4 sur les routes est un passager...

Contrôles fréquents et sanctions sévères​

Les contrôles peuvent être effectués au hasard, mais sont très fréquents en cas d'infraction et systématiques après un accident corporel, même non responsable. Test par expiration dans un éthylomètre pour l'alcool et test salivaire pour les stupéfiants.

- Al​cool : un taux supérieur à 0,5 g par litre de sang (0,25 mg par litre d'air expiré) est puni d'une amende forfaitaire de 135 € et de la perte de six points, ce qui vaut annulation du permis probatoire pour un conducteur débutant. A partir de 0,8 g/l (0,40 mg/litre d'air), c'est un délit jugé par le tribunal correctionnel. Peine maximale : deux ans de prison, trois ans d'annulation du permis, 4 500 € d'amende.
- Stupéfiants : pas de taux "permis". Deux ans de prison, 4 500 € d'amende et trois ans d'annulation de permis.
Alcool + stupéfiants : Peine portée à trois ans de prison et 9 000 € d'amende.​

Lire la suite