EN BREF

Le rhume des foins (ou rhinite allergique) provoque des symptômes quasiment identiques à ceux du rhume d'origine virale. Il est très handicapant à certaines périodes de l'année, voire toute l'année s'il s'agit d'une rhinite allergique dite perannuelle. Certains médicaments destinés à soulager les rhumes des foins sont disponibles sans ordonnance.

Quels sont les symptômes du rhume des foins ?

La rhinite allergique est souvent saisonnière. Elle s'annonce par des picotements dans le nez, de fréquents éternuements et un écoulement nasal clair. Ces troubles s'accompagnent souvent d'une conjonctivite : les yeux gonflent, rougissent et larmoient. Parfois, des maux de tête accompagnés de fatigue accentuent la sensation de malaise. Tous les symptômes du rhume (sauf la fièvre) peuvent également se manifester. Dans les cas plus graves, des manifestations d'allergie respiratoire peuvent apparaître : toux, difficultés respiratoires, voire une crise d'asthme.

Certaines personnes présentent des problèmes de rhinite chronique (rhume à répétition ou rhinite persistante). Dans la plupart des cas, cette rhinite chronique est une rhinite allergique perannuelle. Néanmoins, il arrive que cette forme de rhinite ait une cause différente. On parle alors de rhinite vasomotrice non allergique, ou rhinite chronique inflammatoire.

Les causes du rhume des foins

Il arrive que le système immunitaire chargé de lutter, entre autres, contre les micro-organismes, considère une substance habituellement anodine comme un corps étranger à éliminer. Lorsque la substance allergisante (par exemple des grains de pollen) entre en contact avec des cellules des muqueuses, certaines cellules voisines libèrent dans le sang de l'histamine, un composé qui provoque les manifestations de l'allergie. L'histamine occupe de nombreuses fonctions dans le corps humain. Elle intervient dans la sécrétion gastrique, la régulation de la vigilance et joue un rôle majeur dans le déclenchement des réactions allergiques. On la trouve dans tous les tissus de l'organisme, mais plus particulièrement dans les poumons, le foie et la peau.

Le plus souvent, le rhume des foins est une allergie saisonnière liée à la production de pollen lors de la floraison. Les pollens peuvent se révéler très allergisants et sont aéroportés, c'est-à-dire qu'ils flottent dans l'air et sont transportés à distance ; d'où la quasi-impossibilité de les éviter. Ils constituent une cause fréquente de rhume des foins dont les symptômes apparaissent principalement lors de la floraison : de février à avril pour les pollens d'arbres (cyprès, bouleau), de mai à juillet pour ceux des graminées (foin) et d'août à octobre pour les herbacées (herbes des fossés, fleurs, etc.).

Cependant, d'autres substances peuvent provoquer des rhinites allergiques, tels les acariens et leurs déchets, les poils d'animaux, ou certaines substances chimiques. L'allergie peut alors se manifester toute l'année, elle est dite perannuelle.

Le nombre de personnes allergiques est en augmentation constante en France. Les allergies ont souvent une origine familiale mais d'autres facteurs peuvent favoriser son apparition : alimentation et conditions de vie pendant la petite enfance, pollution, usage professionnel de matières allergisantes, etc.

En cas d'allergie aux animaux, les symptômes habituels de la rhinite allergique peuvent s'accompagner d'urticaire avec rougeurs et démangeaisons. Les responsables de l'allergie ne sont pas directement les poils de l'animal. Ce sont les particules de peau, de salive ou d'urine séchée déposées sur les poils. Les animaux principalement responsables d'allergie sont les chats et les rongeurs (cobaye, hamster, rat, souris) et le lapin. Mais on rencontre également des allergies aux chiens, au cheval ou à d'autres animaux domestiques. Si l'allergie est provoquée par un animal qui vous appartient, il faut probablement vous en séparer car l'allergie peut s'aggraver jusqu'à provoquer de l'asthme, en particulier lorsqu'il s'agit d'un chat.

Que fait le médecin en cas de rhinite allergique ?

Après un entretien et un examen approfondis, le médecin cherche, dans les cas sévères, à déterminer quelle substance allergisante peut-être à l'origine de la réaction : il oriente son patient vers un médecin allergologue qui réalise une série de tests.

Lorsque la cause de l'allergie est identifiée, le médecin prescrit des mesures pour éviter les contacts, ce sont les mesures d'éviction. Par exemple lors d'allergie aux acariens, il prescrit des mesures d'hygiène pour diminuer la concentration d'acariens au domicile du patient : housses anti-acariens, élimination des moquettes et des rideaux dans la chambre à coucher, etc.

Lorsqu'il est impossible d'éviter la substance allergisante, notamment dans le cas des acariens ou des pollens, le médecin allergologue peut procéder à une désensibilisation (ou hyposensibilisation), plus ou moins efficace selon la substance à l'origine de l'allergie.

Dans les autres cas, des médicaments sont prescrits pour soulager les symptômes.

Comment prévenir le rhume des foins ?

Le plus sûr moyen de prévenir le rhume des foins serait d'éviter tout contact avec le pollen. Mais ceci n'est guère réalisable en pratique. Pendant les périodes de production du pollen :
- promenez-vous ou faites du sport pendant, ou juste après la pluie, lorsque l'air contient beaucoup moins de pollen ;
- évitez les balades dans la campagne durant la floraison ;
- portez des lunettes de soleil à l'extérieur pour éviter le contact des pollens avec vos yeux ;
- aérez votre habitation brièvement et en l'absence de vent ;
- dormez en gardant la fenêtre fermée pour éviter l'apport d'air extérieur, surtout à l'aube, vers quatre à cinq heures du matin.
- essayez de planifiez le calendrier et le lieu de vos vacances, de manière à éviter les périodes de floraison.

Comment soulager le rhume des foins ?

Le traitement de l'allergie passe d'abord par l'éloignement des substances allergisantes, lorsque cela est possible.

Différents types de médicaments permettent de soulager les symptômes de la rhinite allergique. Certains sont à prendre par voie orale, d'autres par voie nasale.

Les antihistaminiques H1 bloquent la production d'histamine, une substance qui joue un rôle majeur dans le déclenchement des réactions allergiques. Les antihistaminiques de type H1 les plus anciens ont un effet sédatif qui peut induire une somnolence parfois intense chez certaines personnes. Vous devez en tenir compte, notamment en cas de conduite automobile ou d'utilisation de machines. De plus, ces médicaments sont à éviter, sans avis médical, chez les patients souffrant d'un glaucome à angle fermé ou présentant une hypertrophie de la prostate.

Attention aux médicaments contenant de la prométhazine (Phénergan) en cas d'exposition au soleil : ils exposent à un risque de sensibilité anormale de la peau aux rayons ultra-violets (photosensibilisation).

Lire la suite