Le vieillissement naturel s'accompagne forcément d'une certaine perte d'autonomie, mais celle-ci n'affecte normalement que certaines situations extrêmes: courir pour attraper un bus, porter une charge très lourde, réaliser des tâches très minutieuses, etc. La qualité de vie n'en est que modérément diminuée. Au-delà, il est important d'agir rapidement pour éviter que la dépendance s'installe.

Surveiller la capacité à se déplacer

Lorsque la perte d'autonomie devient pathologique, la personne âgée se sent faible, réduit ses déplacements au strict nécessaire, marche plus lentement et tout mouvement nécessite visiblement un effort. De façon générale, l'activité physique est diminuée, voire absente.

Attention à la fatigue

Certains signes de fatigue anormale doivent retenir l'attention : si la personne âgée somnole souvent dans la journée, si elle se dit fatiguée au réveil ou épuisée dans la journée sans effort particulier, cela peut être le signe de troubles du sommeil, d'une anémie, d'une malnutrition, de douleurs chroniques ou d'un état dépressif, par exemple. Dans ce cas, une consultation s'impose.

Surveiller le poids

Les personnes âgées, même en bonne santé, ont un appétit moindre et se sentent plus facilement rassasiées. Elles peuvent donc perdre un peu de poids sans que cela soit source d'inquiétude. Une perte de poids supérieure à 5 % en trois mois, ou à 10 % en six mois, doit alerter les proches.

Les chutes, signal d'alarme

Les chutes, même sans gravité, sont un signal qui ne doit pas être ignoré. Elles sont l'un des premiers éléments qui indiquent que l'autonomie de la personne âgée est en train de se réduire. Les chutes peuvent être dues, par exemple, à une baisse de l'acuité visuelle ou à une faiblesse musculaire. Lorsque les chutes se répètent, il est indispensable de consulter le médecin traitant qui explorera de manière systématique les causes possibles afin d'y remédier.

Surveiller la mémoire

Les troubles bénins de la mémoire sont fréquents lorsqu'on prend de l'âge, mais ils ne perturbent pas la vie quotidienne. Lorsque ces troubles deviennent gênants, il est indispensable (ne serait-ce que pour se rassurer) de consulter un spécialiste.

Dépister la dépression des personnes âgées

Chez les personnes âgées, la dépression est trop souvent ignorée et ses symptômes sont mis sur le compte de la vieillesse. Pour ne pas passer à côté d'un état dépressif, soyez attentif à la fatigue anormale et au manque de motivation, à la tristesse, à la perte d'intérêt pour les activités habituelles, aux difficultés à se concentrer, à la perte d'appétit ou aux troubles du sommeil. Attention, un état dépressif modéré peut s'aggraver après une infection, un accident ou une intervention chirurgicale : on parle alors de "syndrome de glissement". La personne n'a plus envie de rien, y compris de s'alimenter.

Dépister les maladies neurologiques

Les maladies neurologiques (Alzheimer, Parkinson ou autres) commencent à se manifester discrètement : une inattention inhabituelle, des difficultés à s'exprimer, un besoin d'aide dans les gestes de la vie quotidienne, un état légèrement dépressif, des chutes répétées, un amaigrissement, des changements d'humeur ou de personnalité, etc. Si la personne âgée vous semble "étrange", n'hésitez pas à prendre l'avis d'un médecin.

Lire la suite