EN BREF

Le vieillissement naturel s'accompagne de certains troubles typiques mais bénins. D'autres signes conduisent progressivement à une perte d'autonomie. Comment faire la différence, afin de les prendre en compte sérieusement et, si besoin, amener votre proche âgé à consulter ?

Les différents types de vieillissement

Le vieillissement " réussi " concerne 65 à 70 % des personnes âgées qui, moyennant une bonne hygiène de vie et un patrimoine génétique favorable, restent en forme et ont peu de problèmes de santé. Quinze à 25 % des personnes âgées sont confrontées à la fragilité avec une perte plus ou moins importante d'autonomie. Enfin, 5 % sont touchés par la dépendance, dont la moitié sont des cas de démence, c'est-à-dire une diminution irréversible des facultés mentales.

La fragilité de la personne âgée

Chez les personnes âgées, il existe plusieurs critères révélateurs de fragilité accrue : perte de poids involontaire, fatigue chronique, faible endurance, marche plus lente, retrait de la vie sociale, par exemple. Connaître les signaux d'alerte de fragilité permet de mettre en place un suivi médical précoce et de retarder la perte d'autonomie.

Quels sont les signaux d'alerte ?

La perte d'acuité visuelle : Soyez vigilant si votre proche se plaint brusquement d'une perte de vision partielle ou totale, ou si vous constatez qu'il plisse les yeux, devient maladroit pour s'habiller, ou au volant, renverse des aliments ou des boissons, se cogne, ne lit plus, ou ne peut plus composer un numéro de téléphone sur de petites touches, etc.

La baisse de l'audition : votre proche entend mal, vous fait répéter, ou ne participe pas à la conversation. S'il n'ose pas en parler, il risque de se replier sur lui-même.

Les troubles de l'équilibre et de la marche : vertiges, déséquilibre, impression de chute d'un côté, jambes qui se dérobent, marche plus lente, autant de signaux d'alerte.

La malnutrition et la déshydratation : la malnutrition provoque un amaigrissement, une fonte des muscles, une diminution des forces, de la fatigue et de l'apathie. La déshydratation se traduit par une peau et des muqueuses sèches, un pouls rapide, une diminution du volume des urines qui sont de couleur foncée, ainsi que des crampes, des maux de tête, voire des troubles de la conscience.

La douleur : elle ne doit pas être considérée comme normale chez une personne âgée, et doit être prise en charge. Une douleur chronique se signale par des changements de comportement : position de soulagement adoptée en permanence, réaction de défense, voire réaction hostile, abattement, retrait de la vie sociale, etc.

Les troubles de la mémoire et les difficultés de concentration : oubli d'événements récents, difficultés à accomplir des tâches habituelles, à terminer les phrases, problèmes d'orientation dans l'espace et dans le temps peuvent être les signes annonciateurs d'une maladie neurodégénérative.

Lire la suite