EN BREF

Vous allez passer, en cette période de confinement, beaucoup de temps à votre domicile. C’est pourquoi pour votre santé, il est essentiel de veiller à la qualité de l’air intérieur. Saviez-vous que la pollution est souvent pire dans un espace clos ?

La qualité de l’air intérieur, qui plus est en cette période de confinement, représente un véritable enjeu de santé publique. Appareils de chauffage, de cuisson, produits ménagers, meubles… À domicile, nous sommes entourés de sources polluantes qui sont néfastes pour la santé, sans compter les seuls effets du tabac. Pour prévenir l’apparition de troubles respiratoires ou d’allergies, il est essentiel d’adopter les bons gestes : faire circuler l’air, aérer quotidiennement en ouvrant les fenêtres et veiller au bon fonctionnement de la ventilation mécanique contrôlée (VMC). 

La qualité de l’air intérieur, un enjeu de santé publique [1] : 

  • 14 heures par jour : c’est la durée moyenne passée chaque jour à domicile. Et ce chiffre passe actuellement à au moins 20 h compte tenu du confinement lié à l’épidémie Covid-19 ; 
  • le tabac est le 1er polluant présent dans les logements ; 
  • 5 000 personnes décèdent chaque année du tabagisme passif ; 
  • 10 minutes par jour suffisent, été comme hiver, pour aérer le logement. 

À quoi est due la pollution de l’air intérieur ?

La pollution de l’air intérieur provient de nombreux agents chimiques qu’on regroupe sous le nom de composés organiques volatils (COV) : formaldéhyde, éthers de glycol, terpènes, benzène, phtalates… [2] 

Ces éléments sont omniprésents dans notre quotidien : produits d’entretien, dépoussiérants, désodorisants ou parfums d’intérieur, bougies, encens, bombes aérosol, insecticides, détergents ou encore cosmétiques, peintures, plastiques… Et la liste est encore longue ! 

La pollution de l’air intérieur est également liée aux appareils de chauffage, ou de cuisson. Leur fonctionnement occasionne de plus une hausse du taux d’humidité, lui-même à l’origine de moisissures, néfastes pour la santé [2]. 

Alors, en ces temps de confinement, redoublons de vigilance quant à la qualité de l’air intérieur ! 

Un logement mal aéré, un risque pour la santé

L’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire (ANSES) a dressé une liste de 31 substances contenues dans les produits d’ameublement et jugées cancérogènes, ou pouvant perturber le système endocrinien [3]. 

L’exposition prolongée aux polluants peut aggraver ou générer des maladies chroniques. Elle peut notamment favoriser l’apparition de troubles respiratoires (asthme, bronchite chronique, etc.) ou des allergies (rhinite, conjonctivite) [3]. 

Quant au tabac, il demeure le premier polluant présent dans les logements. Sans surprise, les effets du tabac sur la santé des fumeurs et des non-fumeurs sont particulièrement dangereux et peuvent occasionner cancers, maladies cardio-vasculaires, asthme… [1]. 

Plus que jamais, adoptons les bons gestes de prévention. 

Aérer et ventiler : les bonnes pratiques pour un logement sain

Favoriser la circulation naturelle de l’air 

Notamment en période de confinement, une circulation d’air suffisante est essentielle pour renouveler l’air intérieur. Pour cela, et quelle que soit la température extérieure, il est indispensable d’ouvrir les fenêtres en grand et d’aérer le logement tous les jours pendant 10 minutes, le matin et le soir [4]. 

Toute activité spécifique qui génère une forme de pollution de l’air (cuisine, ménage, bricolage, etc.) est également l’occasion d’aérer et ainsi de faire circuler l’air naturellement. 

Utiliser efficacement la ventilation mécanique contrôlée (VMC) 

Votre logement dispose d’une VMC ? Ce système doit rester en fonctionnement jour et nuit pour assurer une bonne ventilation du logement

Il suffit d’adapter la vitesse aux circonstances : par exemple, lorsque vous cuisinez ou que vous êtes à la salle de bain, la VMC peut basculer en débit maximal pour évacuer l’humidité ambiante. 

Le système de ventilation mécanique contrôlée nécessite d’être nettoyé tous les trimestres, de préférence par un professionnel [4]. 

Astuce : 

Vous souhaitez vous assurer du bon fonctionnement de votre VMC ? Placez une feuille de papier toilette devant la bouche d’extraction d’air : elle doit être attirée vers la bouche. Si ce n’est pas le cas, faites réviser et nettoyer votre VMC. 

Sources

[1] https://solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/Guide_INPES_Pollution_de_l_air_interieur.pdf 

[2] https://www.ademe.fr/sites/default/files/assets/documents/guide-pratique-un-air-sain-chez-soi.pdf

[3] https://www.anses.fr/fr/content/qualité-de-l’air-intérieur-appui-de-l’anses-pour-la-mise-en-place-d’un-étiquetage-pour-les 

[4] https://www.anses.fr/fr/content/qualité-de-l’air-intérieur

Lire la suite