EN BREF
Sources

Non. Et cela peut nuire aux reins.

L’urinothérapie (la pratique de boire ou d’appliquer son urine sur la peau pour traiter une maladie ou rester en bonne santé) est promue par ses partisans depuis des dizaines d’années. Dans de nombreux pays, elle est traditionnelle dans le traitement de certains problèmes de la peau, par exemple les piqûres d’insectes, en application locale.

Concernant la pratique de boire son urine pour sa santé (également appelée par son nom indien « amaroli »), non seulement il n’existe aucun étude scientifique sur cette pratique, aucun élément convaincant de son intérêt, mais en plus il y a de bonnes raisons de douter de son innocuité à long terme. Rappelons que l’urine contient des déchets (urée, acide urique, substances issues de la pollution éliminées par le corps, résidus de médicaments, etc.) et que l’organisme (en particulier le foie et les reins) ont dépensé de l’énergie pour les éliminer. De fait, lorsqu’une personne souffre d’insuffisance rénale aiguë ou chronique, ces substances s’accumulent dans le corps, agissent comme des poisons et il faut soutenir ces personnes par une dialyse (un « rein artificiel »).

Boire son urine revient à augmenter la charge de travail des reins. Certes, l’urine peut aussi contenir des substances non toxiques, voire intéressantes, comme les vitamines hydrosolubles (B, C) ou des médicaments dans leur forme active. Mais consommer son urine en espérant en profiter augmente la quantité de substances toxiques à éliminer par le corps (dont le sel présent à la concentration de 2 grammes par litre d’urine) et, à long terme, peut représenter un fardeau pour les reins.

Par ailleurs, il est intéressant de s’intéresser aux consignes données aux soldats ou aux marins au cas où ils se trouveraient loin de points d’eau. Doivent-ils boire leur urine pour ne pas mourir de soif ? Du fait de sa teneur en sel, le manuel de survie des soldats britanniques  liste l’urine parmi les liquides à ne jamais boire dans ces conditions (avec l’eau de mer et… le sang). Comme l’eau de mer, l’urine déshydrate. Donc s’il vous venait à l’idée d’essayer, veillez à boire beaucoup d’eau…

Par ailleurs, la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires liste l’urinothérapie dans les pratiques de sectes qui visent à prendre le contrôle d’individus en leur promettant une meilleure santé.

Sources

Le manuel de survie des soldats britanniques
L ’avis de la MILIVUDES

Lire la suite