EN BREF
Sources

Oui, si l’on en croit une récente étude coréenne. Mais à confirmer.

La rhinite allergique (« rhume des foins ») est souvent saisonnière. Elle s’annonce par des picotements dans le nez, de fréquents éternuements et un écoulement nasal clair. Ces troubles s’accompagnent souvent d’une conjonctivite : les yeux gonflent, rougissent et larmoient. Parfois, des maux de tête accompagnés de fatigue accentuent la sensation de malaise. Elle est très handicapante à certaines périodes de l’année, voire toute l’année s’il s’agit d’une rhinite allergique dite « perannuelle ».

Selon les bases de données scientifiques, une seule étude digne d’intérêt a exploré l’intérêt des huiles essentielles pour soulager la rhinite allergique. Cette étude coréenne, publiée en 2016, a évalué les effets d’une inhalation répétée d’un mélange de trois huiles essentielles : Bois de santal, Encens Oliban et Ravintsara, chez 54 patients âgés de 20 à 60 ans et souffrant de rhinite allergique perannuelle.

Les patients ont été répartis au hasard en deux groupes. Le premier a utilisé le mélange d’huiles essentielles (0,2 % diluées dans de l’huile d’amande douce), le second (le groupe « contrôle ») seulement l’huile d’amande douce. Pendant 7 jours, matin et soir, les participants ont inhalé ces huiles pendant cinq minutes (sur un mouchoir, à 30 cm du nez). Il était demandé aux participants de s’abstenir de fumer ou de consommer des boissons alcoolisées pendant les 7 jours de l’étude. L’action de l’inhalation sur la rhinite allergique a été mesurée grâce à des questionnaires adaptés et destinés à évaluer les symptômes nasaux (éternuements, écoulements, démangeaisons, obstruction), la qualité de vie, le sommeil et la fatigue.

Parmi les hypothèses émises par les auteurs de cette étude pour expliquer ces résultats positifs, on peut citer l’action inflammatoire des huiles essentielles de ravintsara et d’encens oliban (démontrées à plusieurs reprises sur des cultures de cellules), ainsi que les propriétés sédatives de l’huile essentielle de santal (qui apaiserait l’irritation des nerfs responsables des éternuements).

Pour expliquer l’amélioration (moindre qu’avec les huiles essentielles mais néanmoins nette sur certains symptômes) observée dans le groupe contrôle (uniquement de l’huile d’amande douce), les auteurs de l’étude évoquent l’arrêt du tabac demandé aux participants.

Il reste encore à confirmer ces résultats par d’autres études, mais ils sont encourageants.

Par ailleurs, plusieurs études évoquent un effet apaisant de la consommation d’huile de nigelle (Nigella sativa) sur la rhinite allergique. Il s’agit là de l’huile végétale obtenue en pressant des graines de nigelle et non d’une huile essentielle. Des résultats similaires ont été observés avec la consommation de graines de nigelle. Mais ces études sont de qualité insuffisante pour en tirer des conclusions.

Sources

L’étude coréenne sur les effets d’un mélange de 3 huiles essentielles sur la rhinite allergique.

Trois études sur la supplémentation en graines ou en huile de nigelle et ses effets sur la rhinite allergique :

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/14669258

https://www.karger.com/Article/Pdf/285289

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/20947211

Lire la suite