EN BREF
Sources

Non, c’est un désinfectant aujourd’hui étudié dans l’industrie agro-alimentaire.

De nombreux compléments alimentaires contenant des extraits de pépins de pamplemousse (EPP) sont vendus avec l’allégation de contenir des « antibiotiques naturels ». La réalité est plus complexe.

Par le passé, de nombreuses études ont montré que les EPP possédaient une activité antiseptique. Rappelons qu’un antiseptique (ou « désinfectant ») détruit des micro-organismes sur une surface (par exemple un sol, un objet ou une plaie), mais qu’un antibiotique est une substance qui combat une infection dans un organe. L’eau de javel est un désinfectant, comme l’iode, alors que la pénicilline est un antibiotique.
L’activité antiseptique des EPP a été remise en doute lorsqu’on s’est aperçu que les EPP utilisés dans les études contenaient des… conservateurs, soit des substances elles-mêmes antiseptiques ! Récemment, d’autres études ont été menées sur des EPP dépourvus de conservateurs ou autres substances chimiques toxiques pour les micro-organismes. L’activité antiseptique des EPP a été confirmée par ces études et il existe aujourd’hui tout un champ de recherche sur l’usage des EPP dans la conservation des aliments.
Les propriétés des EPP sur la santé humaine n’ont jamais été étudiées. Il est donc impossible de prétendre que les EPP puissent nous aider à rester en bonne santé. Un produit antiseptique contenant des EPP (par exemple pour désinfecter des surfaces de travail) a de bonnes raisons de se prétendre efficace, mais pas un complément alimentaire qui prétend traiter ou prévenir une infection.
Une seule exception à cette absence de données relatives à la santé humaine : en 2005, une toute petite étude en provenance du Nigeria a affirmé avoir traité avec succès 3 personnes atteintes d’infection urinaire en leur administrant 5 ou 6 pépins de pamplemousse toutes les 8 heures pendant 2 semaines. Cette minuscule étude n’a jamais été dupliquée et il est donc impossible d’en tirer quelque enseignement que ce soit.
Attention, l’ingestion de pépins de pamplemousse ou d’EPP peut interférer avec l’efficacité ou la toxicité d’un traitement médicamenteux. Consultez notre réponse à ce sujet.

Sources

Un exemple d’article sur l’usage des EPP comme antiseptique, 2019
La toute petite étude nigériane sur des infections urinaires, 2005

Lire la suite