EN BREF

Elle semble un peu plus dangereuse que la grippe, surtout pour les personnes âgées de plus de 70 ans ou fragilisées.

La létalité

La dangerosité d’une maladie respiratoire virale comme le coronavirus (SARS-CoV) peut se mesurer par ce qu’on appelle la « létalité », c’est-à-dire le pourcentage de personnes infectées qui décèdent des complications de l’infection, en pratique le rapport « nombre total de décès » / « nombre total de personnes infectées ».

Pour la grippe saisonnière, par exemple, qui touche entre 2 et 6 millions de Français chaque hiver, le taux de létalité est estimé entre 0,17 et 0,5 % (soit entre 8 et 10 000 décès). Mais ce pourcentage est difficile à évaluer parce que son calcul oblige à estimer le nombre total de personnes infectées au cours de l’hiver. Ce qui est quasi-impossible car 1) certaines ne développeront pas ou peu de symptômes, 2) certaines présentent des symptômes mais ne consultent pas leur médecin ou ne sont pas signalées. Ces difficultés expliquent que la létalité d’une infection respiratoire virale est toujours un peu surestimée.

Dans le cas du coronavirus SARS-CoV, le pourcentage actuellement retenu pour sa létalité est de 3,4 %, avec des variations de 2 à 4 % selon les pays (la létalité augmente quand la qualité du système de santé local diminue). Mais on sait déjà que de nombreuses personnes sont infectées sans développer de symptômes. Donc, en réalité, la létalité du coronavirus est probablement moindre que celle actuellement retenue.

Une létalité en hausse chez plus âgés

Mais cette létalité moyenne, probablement un petit peu plus élevée que celle de la grippe saisonnière, cache une réalité plus complexe. En effet, comme pour la grippe saisonnière, la létalité du coronavirus est surtout importante chez les personnes de plus de 70 ans ou les personnes fragilisées (voir ci-dessous). À l’inverse, elle est très faible chez les personnes de moins de 40 ans (hors fragilité particulière).
Les chiffres donnés par les épidémiologistes chinois au 11 février 2020, à partir de 72 000 patients, montrent que la létalité du coronavirus SARS-CoV était, dans le contexte sanitaire chinois, de 8 % chez les personnes âgées de 70 à 79 ans, et de 14,8 % chez les personnes âgées de plus de 80 ans (pour une létalité moyenne de 2,3 %). Les chiffres de la létalité de la grippe saisonnière en Chine (l’idéal pour comparer entre les deux maladies) ne sont pas précisés.

Quelles sont les autres personnes à risques ?

Outre les personnes âgées, l’infection par le coronavirus SARS-CoV peut avoir de graves complications chez divers types de personnes fragilisées : personnes immunodéprimées (par une maladie ou un traitement de type chimiothérapie ou médicaments contre le rejet d’une greffe), personnes souffrant de maladies chroniques comme, par exemple, une bronchopneumopathie chronique (BPCO), une insuffisance rénale chronique, un diabète mal équilibré par les traitements, une insuffisance cardiaque, etc.

Les épidémiologistes chinois cités précédemment rapportent une létalité de 10,5 % chez les personnes souffrant de maladies cardiovasculaires, de 7,3 % chez celles souffrant de diabète, de 6 % chez celles souffrant d’hypertension artérielle ou de 6,3 % chez celles souffrant de maladies respiratoires chroniques. Mais ces chiffres sont à prendre avec précaution car ils ne précisent pas si ces maladies étaient efficacement contrôlées par un traitement avant l’infection par la coronavirus. De plus, les patients habituellement touchés par ces maladies sont des patients âgés, ce qui constitue un facteur de risque supplémentaire.

L’ensemble des personnes fragilisées, quel que soit leur âge, doivent appliquer rigoureusement les mesures de prévention consistant à se laver les mains soigneusement et fréquemment avec du savon ou une solution hydro-alcoolique, et à éviter les rassemblements importants dans des lieux fermés.

Sources

Les chiffres rapportés par les épidémiologistes chinois le 11 février 2020
« Coronavirus COVID-19 : le point sur la situation », le site du gouvernement français sur cette maladie.
« Coronavirus COVID-19 », le site du Ministère des Affaires sociales.
« Nouveau coronavirus (2019-nCoV) : conseils au grand public - En finir avec les idées reçues », le site de l’Organisation mondiale de la santé.

Lire la suite