C’est un fait : la fréquence des tempêtes, inondations, incendies et vagues de canicule est en augmentation depuis l’amorce du changement climatique. Savoir les anticiper et en minimiser les conséquences pour soi et sa famille est tout aussi nécessaire que d’agir à son échelle pour en limiter la portée.

Dans ce contexte, comment se prémunir au mieux et réagir avant, pendant et après des événements météorologiques extrêmes ? Retrouvez nos conseils pour rester en sécurité et faciliter la gestion administrative des conséquences de ces catastrophes.

Un mini guide pour faire face aux catastrophes naturelles

Pour accompagner son Guide climat (téléchargeable ici), notre association AXA Prévention édite un mini guide intitulé « Bien se protéger face aux événements naturels ». Ce document rassemble de nombreux conseils pratiques permettant d’adopter les bons réflexes en cas de catastrophe naturelle.

Catastrophe naturelle : de quoi parle-t-on ?

Établi scientifiquement, le lien entre le changement climatique et les catastrophes naturelles va dans le sens d'une augmentation prévisible de ces phénomènes dans les années à venir.

 

Ce constat induit deux types de réponses à apporter. La première est de se préparer individuellement et collectivement à faire face à ces événements en apprenant les bons réflexes à adopter pour se mettre en sécurité. La deuxième est de changer durablement nos comportements afin de minimiser notre impact sur le changement climatique et limiter ainsi les risques météorologiques.

 

En France, par exemple, les vagues de chaleur ont été deux fois plus nombreuses durant les 34 dernières années qu’auparavant. Et cette statistique est encore amenée à doubler d’ici 2050 [1].

 

Le risque climatique ne concerne toutefois pas que les épisodes caniculaires. Il englobe l’ensemble des événements météorologiques extrêmes qui présentent un danger pour les habitants, les activités humaines et les constructions.

 

Des moyens simples et efficaces permettent d’anticiper et de faire face à ces catastrophes afin de s’en protéger au mieux.

Bon à savoir

La reconnaissance de l’état de catastrophe naturelle

En cas de sinistre lié à un événement météorologique intense, c’est à l’État que revient la décision de déclarer officiellement l’état de catastrophe naturelle. Pour statuer, les ministères compétents se basent sur le rapport de la préfecture concernée, elle-même saisie par la mairie de la commune sinistrée [2].

Peut-on anticiper les événements climatiques ?

Subir les caprices du climat et de la météo n’est pas une fatalité. Différents moyens sont à votre disposition pour anticiper les risques à plus ou moins long terme, en fonction de la région dans laquelle vous vous situez et de la saison.

 

Vous pouvez, en premier lieu consulter les sites de références suivants afin de vérifier les éventuels risques susceptibles de frapper votre région :

 

Vous avez également la possibilité de consulter, dans votre mairie, le Plan de Prévention des Risques Naturels (PPRN) qui recense les phénomènes dangereux qui pourraient potentiellement avoir lieu dans votre commune.

 

Vos voisins et les autorités locales constituent aussi des sources fiables pour savoir si votre habitation se situe en zone inondable, si des épisodes de froid ou de canicule surviennent régulièrement ou encore si les lieux sont sujets aux tempêtes.

 

Suivre les informations et les prévisions météo permet enfin de se préparer pour faire face à une catastrophe naturelle imminente. Météo France a mis en place un système d’alerte simple comprenant 4 niveaux de vigilance, et qu’il est important de savoir décrypter [3] :

         

  • Rouge : une vigilance absolue s’impose face à des événements météorologiques intenses ;
  •  Orange : restez très vigilants car des phénomènes dangereux sont prévus ;
  • Jaune : soyez attentifs dans le cas d’activités soumises au risque météorologique ;
  •  Verte : pas de vigilance particulière.

Constituez un kit de survie !

Se tenir informé c’est bien, mais se préparer c’est encore mieux ! Pour être tout de suite opérationnel en cas de catastrophe, mieux vaut prendre quelques précautions en amont.

 

Commencez par rédiger un Plan familial de mise en sûreté (PFMS). Ce document vous fera gagner un temps précieux le cas échéant, en rassemblant des informations indispensables telles que les contacts et adresses utiles, une liste des priorités (provisions et objets à emporter, couper les arrivées d’eau, de gaz et d’électricité, mettre à l’abri les objets de valeur, les souvenirs, les photos…), un plan d’évacuation ou encore les consignes élémentaires de sécurité.

 

Prévoyez ensuite un kit de survie constitué des éléments suivants :

  • des bouteilles d’eau (6 litres par personne) ;
  • un couteau de poche multifonctions ;
  • les doubles des clés de la maison et de la voiture ;
  • une radio pour se tenir informé (à dynamo ou avec des piles de rechange) ;
  • une lampe de poche (à dynamo ou avec des piles de rechange) ;
  • de l’argent liquide ou une carte de crédit ;
  • des bougies et un briquet ou des allumettes ;
  • vos papiers d’identité ;
  • de la nourriture de secours (conserves, barres de céréales, fruits secs…) ;
  • une trousse de soins (avec vos traitements en cas de maladie chronique) ;
  • des couvertures de survie ;
  • des jeux de société pour occuper les enfants.

 

Si possible, aménagez une pièce de survie dans votre habitation, de préférence en hauteur (grenier, mezzanine…) avec un accès vers l’extérieur. Vous pouvez y entreposer les copies des documents administratifs importants (sous plastique), ainsi que des vêtements de rechange pour chaque occupant.

Que faire pendant une tempête ?

Si vous êtes en extérieur, la première chose est de trouver un abri. Une fois en sécurité, assurez-vous que tout le monde est présent, débranchez les appareils électriques et attendez les consignes des autorités avant de sortir.

 

Après la tempête, tenez-vous éloigné des zones à risque et des fils électriques, et prenez des photos des dégâts en vue de déclarer le sinistre à votre assureur avant de chercher à nettoyer, ranger, etc.

 

Mémo

Les numéros d’urgence

Prévenir les secours en cas de danger est l’un des premiers réflexes à avoir. Voici les principaux numéros d’urgence à retenir :

          • le 18, pour prévenir les pompiers ;

          • le 15, pour contacter le SAMU ;

          • le 112, le numéro d’appel d’urgence européen.

 

Que faire pendant une inondation ?

Afin de ne pas prendre de risque et de faciliter le travail des secours pendant une inondation, il est recommandé d’adopter les réflexes suivants :

  • ne pas utiliser sa voiture ;
  • ne pas se déplacer inutilement ;
  • couper le gaz et l’électricité.

 

Si vos enfants sont à l’école, n’essayez pas d’aller les chercher. Les enseignants sont formés pour gérer les situations d’urgence : vos enfants seront rapidement mis en sécurité par les secours.

 

Après l’inondation, il est conseillé de faire réaliser un diagnostic de sécurité avant de réinvestir votre domicile. Vous pourrez aussi vous assurer, auprès de votre mairie, que l’eau courante est toujours bien potable. Encore une fois, n’oubliez pas de prendre des photos du sinistre pour la déclaration à votre assurance.

 

Que faire pendant une canicule ?

En période de canicule, il est vivement recommandé de suivre les conseils suivants :

  • boire de l’eau fréquemment (environ 1,5 litre par jour) ;
  • s’hydrater le corps plusieurs fois par jour ;
  • maintenir son logement frais (en fermant les volets la journée par exemple) ;
  • éviter de sortir et de faire des efforts physiques aux heures les plus chaudes.

 

Suivre ces conseils vous permettra de diminuer l’impact de ces phénomènes naturels extrêmes sur votre vie personnelle. Sans oublier le plus important : veiller sur les individus vulnérables autour de vous et leur venir en aide si possible, sans vous mettre en danger. En cas de catastrophe, la solidarité est primordiale…

Sources

[1] Guide Climat d’AXA Prévention : https://prevention.cdn.axa-contento-118412.eu/prevention/2d68d84c-5c7c-437c-b1a4-9f915e513324_AXA_GUIDE+CLIMATIQUE_150X210_05.10.21_VT.pdf

[2] Site du ministère de l’Intérieur : https://www.interieur.gouv.fr/Le-ministere/Securite-civile/Documentation-technique/Catastrophes-naturelles/En-quoi-consiste-la-procedure-de-reconnaissance-de-l-etat-de-catastrophe-naturelle

[3] Site web de Météo France : https://vigilance.meteofrance.fr/fr/guide-vigilance-meteo

Lire la suite