Doser un médicament et l’administrer à un enfant n’est pas toujours chose facile. Pourtant, pour bénéficier de son efficacité, il convient de suivre à la lettre les recommandations de votre médecin, de votre pharmacien ou de la notice. Dans la pratique, comment s’y prendre ?

Comment bien doser un médicament liquide ?

Les médicaments commercialisés sous forme liquide sont souvent vendus munis d’un instrument doseur : un compte-gouttes, une cuillère ou une pipette doseuse. Lorsqu’un outil de ce type est fourni, utilisez-le systématiquement, il permet un dosage plus précis du médicament. Si vous utilisez une pipette doseuse (ou une seringue sans aiguille), remplissez-la en vous fiant à ses graduations. Pour administrer le liquide directement dans la bouche de l’enfant, dirigez l’extrémité de la pipette vers l’intérieur de sa joue plutôt que vers sa langue : le liquide s’écoulera entre les gencives et la joue, ce qui lui permettra de l’avaler plus facilement. Si la pipette doseuse est équipée d’un bouchon, n’oubliez pas de l’enlever avant de la placer dans la bouche de l’enfant; des incidents de ce type ont déjà été signalés.

N’oubliez pas d’agiter le flacon avant usage, pour homogénéiser le liquide. Demandez à votre pharmacien s’il doit être conservé au froid.

Puis-je les couper, les écraser ou les vider ?

Il ne faut jamais couper ou écraser un comprimé, ni vider une gélule sans en parler au préalable à votre pharmacien. Les acides présents dans la nourriture

- comme les compotes de fruits
- ou dans l’estomac peuvent nuire à l’efficacité du médicament. De plus, cela peut mettre en évidence un goût désagréable dissimulé par l’enrobage ou la gélule.

Comment lui apprendre à avaler un comprimé ou une gélule ?

Avaler un comprimé, cela s’apprend ! Avant même d’avoir besoin de lui faire avaler un médicament, montrez à votre enfant comment le faire, avec une pastille de taille équivalente. Profitez-en pour lui apprendre que les médicaments ne sont pas des bonbons. Un comprimé doit être pris en position assise ou debout, en buvant l’équivalent d’un grand verre d’eau. Il est préférable de rester assis ou debout quelques minutes après la prise. Pour aider votre enfant à déglutir, remplacez le verre d’eau par une petite bouteille à goulot étroit. Cela oblige à relever la tête pour boire et facilite la déglutition. Si un médicament est craché ou vomi par votre enfant dans les trente minutes qui ont suivi sa prise, son effet peut être amoindri ou nul. Prenez conseil auprès de votre médecin ou de votre pharmacien pour savoir si vous pouvez lui redonner la dose complète.

Comment neutraliser le goût ?

Les médicaments liquides pour enfants sont souvent parfumés, à la fraise ou à la banane par exemple. Malheureusement, ces arômes artificiels ne plaisent pas toujours, et ne sont pas toujours suffisants pour masquer le goût du médicament.

Dans ce cas, plusieurs astuces peuvent vous aider :

- Si votre enfant est assez grand, donnez-lui une petite cuillerée de pâte de noisette (type Nutella) avant la prise. Cette pâte couvre les papilles et masque efficacement le goût. Vous pouvez également utiliser un bonbon à la menthe ou du dentifrice.
- Pour chasser l’arrière-goût, un bonbon ou un chewing-gum à la menthe ou à la réglisse se révélera efficace. Laissez votre enfant boire autant que nécessaire après la prise.
- Le froid diminue le goût des aliments. Vous pouvez entreposer le liquide au réfrigérateur, ou laisser votre enfant sucer un glaçon avant la prise, pour anesthésier ses papilles.
- L’odeur contribue à la perception du goût. Suggérez à votre enfant de se pincer le nez, avant et pendant la prise.
- Les papilles sont plutôt situées sur la langue. Il est possible de diminuer le désagrément d’un mauvais goût en utilisant une paille, pour amener le liquide directement au fond de la bouche, sans qu’il ne passe sur la langue.

Comment administrer un suppositoire à un enfant ?

Sans avoir retiré le suppositoire de son emballage individuel, trempez-le quelques instants dans un verre d’eau glacée pour le durcir.

La question est source de débat. Selon les fabricants, il est préférable de l’insérer par le bout plat. En effet, une fois que le suppositoire est inséré, la pression du rectum exercée sur le bout pointu aura tendance à le faire remonter vers l’intestin. Pour la même raison, si l’on décide d’administrer un demi-suppositoire, il semble préférable de le couper en deux dans le sens de la longueur.

Lire la suite
Mots-clés