Pendant les mois d'hiver, les trois quarts de la population souffrent de cette affection respiratoire bénigne due à un virus. Sauf en cas de surinfection, elle guérit spontanément en une semaine. Le rhume d'origine virale ne doit pas être confondu avec le rhume des foins ou rhinite allergique.

Quels sont les symptômes du rhume ?

Le nez qui coule et qui se bouche, ainsi que les éternuements, constituent les symptômes les plus désagréables et les plus fréquents d'un rhume d'origine virale (communément appelé rhume de cerveau). Le liquide qui s'écoule est d'abord limpide ; il devient souvent plus épais et purulent au bout de quelques jours. A ce moment-là, le nez se bouche facilement. D'autres symptômes se manifestent fréquemment, un chatouillement ou même une sensation de brûlure dans le nez, une perte de l'odorat et du goût plus ou moins prononcée, voire de la fièvre.

Chez les enfants, le rhume est le plus souvent une rhinopharyngite.

Certaines personnes présentent des problèmes de rhinite chronique (rhume à répétition ou rhinite persistante). Dans la plupart des cas, cette rhinite chronique est une rhinite allergique perannuelle. Néanmoins, il arrive que cette forme de rhinite ait une cause différente. On parle alors de rhinite vasomotrice non allergique, ou rhinite chronique inflammatoire. Dans ce cas, il s'agit souvent d'un déséquilibre du système nerveux qui contrôle la muqueuse nasale. Celui-ci devient hypersensible et réagit à de nombreux facteurs (stress, conditions climatiques, atmosphères polluées ou enfumées, etc.) en déclenchant une sécrétion de liquide et des éternuements. L'usage abusif de médicaments vasoconstricteurs locaux (pulvérisations pour déboucher le nez) expose à ce type de rhinite. La rhinite chronique apparaît parfois pendant la grossesse, probablement en lien avec les changements hormonaux qui se produisent chez la femme enceinte.

Quelles sont les causes du rhume ?

Les fosses nasales et les sinus sont revêtus d'une muqueuse qui sécrète continuellement un liquide. Ce liquide humidifie l'air inspiré, piège les poussières et contribue à lutter contre les agents infectieux. Lorsque cette muqueuse est irritée, elle gonfle et sa sécrétion augmente, de sorte que le nez coule. C'est le rhume (rhinite ou coryza). Les virus qui en sont responsables se transmettent d'une personne à l'autre, le plus souvent par les mains ou des objets contaminés. Après la contamination, le rhume se déclenche plus facilement en fonction de divers facteurs tels que des défenses immunitaires affaiblies (période de stress ou de fatigue) ou des conditions environnementales (froid, humidité, fumée de tabac).

Quelles sont les complications éventuelles du rhume ?

Le simple rhume évolue en général vers la guérison sans complication. Lorsque la muqueuse est fortement enflammée ou les défenses naturelles amoindries, d'autres maladies respiratoires peuvent se produire dans les voies supérieures (trachéite, bronchite), les sinus ou l'oreille moyenne. Des infections peuvent alors s'installer et provoquer diverses maladies, comme une sinusite ou une otite.

Que faire en cas de rhume ?

On prétend qu'un rhume "dure sept jours sans traitement, une semaine avec traitement". A vrai dire, il n'existe ni vaccin ni médicament contre les très nombreux virus du rhume. Toutefois, certaines mesures peuvent atténuer les symptômes désagréables :

- buvez beaucoup (au moins 1,5 à deux litres par jour) ;
- dormez suffisamment ;
- humidifiez votre muqueuse nasale avec du sérum physiologique ou en faisant des inhalations ;
- prenez un médicament antipyrétique et antalgique pour combattre la fièvre et les maux de tête.

Comment prévenir le rhume ?

Habillez-vous chaudement pendant la saison froide.

Aérez régulièrement les chambres (même en hiver) et humidifiez l'air ambiant si nécessaire. Cela peut améliorer la résistance de la muqueuse nasale.

Faites de l'exercice, la pratique sportive est un élément important pour garder une bonne forme physique.

Certaines personnes prennent de la vitamine C (jus de fruits, oranges, citrons, kiwis, préparations vitaminées) qui renforcerait les défenses naturelles. Les preuves scientifiques manquent pour confirmer cette hypothèse.

Les traitements du rhume

Dans bien des cas, la prise d'un médicament antalgique peut se révéler suffisante. Sinon, il existe de nombreux médicaments en vente libre agissant sur les symptômes. Certains contiennent :

- un médicament antipyrétique antalgique qui fait baisser la fièvre et soulage les maux de tête associés au rhume ;
- un médicament antihistaminique de type H1 qui a un effet asséchant sur la sécrétion du mucus;
- un médicament vasoconstricteur qui a un effet décongestionnant, donnant ainsi la sensation de respirer plus librement.

L'usage de ces médicaments nécessite certaines précautions liées aux effets des diverses substances qu'ils contiennent. Ainsi, les médicaments contenant un antihistaminique peuvent entraîner une somnolence, parfois intense chez certaines personnes. Ceux qui contiennent un vasoconstricteur ne doivent pas être utilisés sans avis médical chez les personnes ayant un glaucome à angle fermé ou souffrant d'un adénome de la prostate. Ils peuvent augmenter la fréquence cardiaque (tachycardie), et provoquer despalpitations. Si ces effets indésirables deviennent trop marqués, le traitement doit être interrompu.

Des traitements locaux permettent également de dégager le nez : sérum physiologique, solution nasale antibactérienne, inhalations.

Lire la suite