L'objectif de la vaccination est de nous protéger de certaines maladies infectieuses qui peuvent être graves voire mortelles. Pourtant, un vent de défiance envers les vaccins souffle en France, avec à la clef des épidémies de rougeole qui tuent. Face au paradoxe du refus d’un geste qui sauve, les autorités de santé ont rendu 11 vaccins obligatoires pour tous les enfants nés après le 1er janvier 2018.

Pourquoi se vacciner ?

La vaccination est un geste de prévention indispensable qui a un double intérêt :

  1. se protéger soi-même de certaines maladies infectieuses qui peuvent être dangereuses, voire mortelles dans certains cas
  2. éviter de transmettre l’infection dans la collectivité.

En évitant de s’infecter soi-même, on évite de contaminer les autres. En étant soi-même vacciné, on protège ses proches et on participe à la lutte contre les épidémies.

N’oubliez pas, les personnes qui refusent de se vacciner, ou de vacciner leurs enfants, vivent dans la sécurité assurée par la vaccination des autres.

Pour les personnes nées après le 1er janvier 2018

Depuis le 1er janvier 2018, onze vaccinations sont obligatoires avant l’âge de deux ans, celles contre :

  • la coqueluche
  • la diphtérie
  • l’Hæmophilus influenzae de type B (à l’origine de méningites graves)
  • l’hépatite B
  • les méningocoques de type C (méningites)
  • les pneumocoques (responsables de méningites et d’infections généralisées)
  • la poliomyélite
  • les oreillons
  • la rougeole
  • la rubéole
  • le tétanos.

Ces vaccinations sont exigées pour l’entrée en collectivité. Elles représentent dix injections réparties sur deux ans avec les vaccins actuellement commercialisés. Certains peuvent être faits dès l’âge de deux mois : diphtérie, tétanos, poliomyélite, coqueluche, hépatite B, Hæmophilus, pneumocoques.

Pour les enfants de plus de 12 mois résidant en Guyane française, la fièvre jaune est également obligatoire. 

Les vaccinations vivement recommandées sont celles contre :

  • la tuberculose (BCG) pour les enfants à risque pour cette maladie
  • la grippe
  • les papillomavirus humains (HPV, responsables des cancers du col de l’utérus) chez les jeunes filles.

Pour les personnes nées avant le 1er janvier 2018

Les trois vaccins obligatoires sont ceux contre :

  • la diphtérie
  • le tétanos
  • la poliomyélite.

Ces vaccinations sont exigées pour l’entrée en collectivité.
Pour les enfants de plus de 12 mois résidant en Guyane française, la fièvre jaune est également obligatoire.

Les vaccinations vivement recommandées sont celles qui protègent contre :

  • la coqueluche
  • la grippe
  • l'Hæmophilus influenzae de type B
  • l'hépatite B
  • les méningocoques de type C (méningite)
  • les oreillons
  • les papillomavirus humains chez les jeunes filles
  • les pneumocoques
  • la rougeole
  • la rubéole.

Disponibilité et remboursement

Les vaccins sont délivrés sur ordonnance, à l'exception de celui contre la grippe (chez les personnes qui ont déjà été vaccinées). Il arrive que certains vaccins soient en rupture de stock chez le fabricant, ou que votre officine ne dispose que de quelques-uns d'entre eux. Pour éviter les indisponibilités, commandez-les à votre pharmacien quelques jours avant la date de votre visite chez le médecin.

À noter : les vaccins sont fragiles et doivent être conservés au réfrigérateur. En cas de doute, demandez conseil à votre pharmacien.

Seul le vaccin ROR (rougeole-oreillons-rubéole) et celui contre la grippe (chez les personnes de plus de 65 ans) sont entièrement remboursés par l'Assurance Maladie, pour favoriser la vaccination contre ces maladies. Pour les autres (coqueluche, diphtérie, hépatite B, Hib, infections à pneumocoque, poliomyélite, tétanos, tuberculose et varicelle), la prise en charge est de 65 % (le reste étant généralement remboursé par les assurances santé complémentaires comme les mutuelles).

L’acte de vaccination en lui-même (la consultation et l'injection) est remboursé à 100 % par l'Assurance Maladie. Chez les enfants, les centres de PMI (Protection maternelle et infantile) vaccinent gratuitement.

Vaccination : n’oubliez pas les rappels

Pour chaque vaccination, n’oubliez pas de respecter le nombre et les intervalles entre les injections.

De plus, certains vaccins nécessitent des rappels réguliers afin de maintenir une protection suffisante et durable. Pour certains vaccins spécifiques, comme celui contre la grippe par exemple, la vaccination est recommandée chaque année pour les personnes à risques et pour toutes les personnes âgées de 65 ans et plus.

Pour en savoir plus

Consultez le calendrier des vaccinations et recommandations vaccinales 2018

Lire la suite