La sécurité à vélo mobilise usagers, pouvoirs publics et associations spécialisées avec un même objectif : faire de la petite reine un mode de déplacement sûr, en plus d’être bénéfique pour notre santé et pour l’environnement.

Lire notre article : 30 minutes de vélos par jour : bonus pour l’espérance de vie

Connaitre les règles du Code de la route concernant les vélos, mais aussi les équipements cyclistes conseillés et obligatoires et les bonnes habitudes à prendre est un premier pas vers votre sécurité…

Certains chiffres peuvent vous aider à prendre conscience de la nécessité d’adopter les bons réflexes de prévention à vélo, pour vous protéger et réduire, ensemble, le nombre d’accidents :

 

  • En 2020, 178 cyclistes sont décédés à la suite d’un accident, principalement hors agglomération [1], cela représente 7% des morts sur la route ;
  • Chaque année en France, plus de 60 000 cyclistes sont pris en charge aux urgences [2] ;
  • Les victimes qui décèdent d’accidents de vélo sont très majoritairement des hommes (à 88 %) [2].

Augmenter vos déplacements à vélo, oui, et en toute sécurité

Vous prévoyez d’utiliser davantage votre vélo et c’est une excellente initiative ! Vous allez donc dans le sens du Pan Vélo et Mobilités Actives [lien article dédié] dont l’objectif est de multiplier par 3 la part des déplacements « en selle », en France, d’ici 2024.

Pour rouler en sécurité, souvenez-vous que les cyclistes, comme tous les autres conducteurs se déplaçant sur les voies de circulation classiques, sont soumis au Code de la route.

Si cela peut encore surprendre, cette nécessité s’explique notamment par le fait qu’à vélo, on ne bénéficie pas d’un habitacle nous protégeant en cas de chute.

L’usager de la petite reine est particulièrement exposé aux risques d’accident, et il est primordial de respecter un certain nombre de règles, selon le lieu et le type de voie sur laquelle vous circulez [3].

Code de la route pour les usagers du vélo : ce qu’il faut savoir

Parmi les principales obligations du cycliste…

  • circuler sur les pistes cyclables ou voies vertes lorsqu’elles existent sinon, sur le côté droit de la chaussée ;
  • éviter de circuler sur les trottoirs, que seuls les enfants de moins 8 ans sont autorisés à emprunter ;
  • rouler à une allure de 20 km/h maximum dans les zones de rencontre et laisser la priorité aux piétons en toutes circonstances.

 

Dans les zones 30 et les zones de rencontre, les vélos peuvent circuler dans les deux sens. Le double sens permet de bénéficier d’une meilleure visibilité, d’éviter les grands axes de circulation et de simplifier les itinéraires.

<h3>Afin de se prémunir du risque de choc contre d’autres véhicules, il convient aux usagers de vélo de : </h3>

 

  • Indiquer chaque changement de direction ou dépassement en tendant le bras.
  • Ne pas rester dans les angles morts des bus et des camions. Attention à « l’appel d’air » lors du dépassement ;
  • Aux intersections, se placer devant les véhicules pour vous faire voir. Serrer au maximum à droite dans les virages ;
  • Faire attention aux portières qui s’ouvrent brusquement et aux enfants qui peuvent surgir entre deux véhicules.

D’une manière générale, à vélo, une vigilance accrue doit être appliquée dans certaines situations pour :

 

  • Éviter les gravillons et les ornières, en roulant à bonne distance de l’accotement ;
  • En cas d’intempéries, augmenter les distances de sécurité ;
  • Rouler à deux de front ou en file indienne dans le cas d’un déplacement en groupe ;
  • Identifier et respecter les panneaux de signalisation sur chaque type de voie emprunté.

Téléphone tenu en main, écouteurs et alcool restent interdits à vélo

Dans tous les cas, l’usage du téléphone tenu en main ainsi que le port d’un casque audio ou d’écouteurs sont interdits, car ces dispositifs peuvent vous distraire et vous empêcher d’accéder à des informations sonores ou visuelles importantes.

Enfin, prendre le guidon après avoir consommé de l’alcool risque aussi de vous mettre en danger. Même à vélo, circuler avec plus de 0,5 mg d’alcool par litre d’air expiré est interdit, et passible d’une amende.

Pas de tiers impliqué dans la plupart des chutes

D’après une analyse de l’Ifsttar, relayée sur le site de la FUB (Fédération des usagers de la Bicyclette), dans 70% des cas d’accidents, le cycliste chute seul, généralement :

  • après une tentative d’évitement d’un piéton ou d’une portière ;
  • suite à une glissade sur voie humide ou un déséquilibre.

Le bon équipement pour rouler en toute sécurité

Être bien équipé et rouler avec un vélo en bon état contribue à garantir la sécurité des cyclistes et celle des autres usagers de la route.

Certains équipements sont d’ailleurs obligatoires, pour le conducteur comme pour sa monture mécanique, afin de respecter quelques principes de base :

1.     Être vu : en matière de sécurité à vélo, la visibilité est la priorité absolue ! Veillez à porter des vêtements de couleurs claires, si possible avec des éléments rétro-réfléchissants. Le gilet jaune est quant à lui obligatoire hors agglomération, mais aussi de nuit ou en cas de faible visibilité [4].

 

Votre vélo doit être équipé de feux en bon état de fonctionnement (rouge à l’arrière, blanc ou jaune à l’avant), et de catadioptres sur les rayons et les pédales.

 

2.     Contrôler sa vitesse : vérifiez régulièrement vos freins avant et arrière, et comme en voiture, anticiper tout besoin de freinage en projetant votre regard suffisamment loin sur la chaussée ou la piste cyclable empruntée ;

 

3.     Gonfler les pneus : surveillez l’état de vos pneus, car un pneu usé ou mal gonflé tient moins bien la route et crève ;

 

4.     Avertir les autres usagers : rappelons aussi que l’avertisseur sonore n’est pas une option, vous devez en être équipé.

Focus sur le casque de vélo : un allier sécurité irremplaçable

Obligatoire pour les enfants de moins de 12 ans, le port du casque est vivement recommandé pour tous les cyclistes, quel que soit leur âge. D’après notre baromètre AXA Prévention 2021, 52 % des propriétaires de leur vélo n’ont pas encore pris l’habitude d’en porter…  

 

Parmi les arguments en faveur d’une généralisation du port du casque à vélo ?

 

Une enquête menée dans le département du Rhône, entre 1998 et 2008 sur près de 13 800 cyclistes blessés, confirme « un effet protecteur du casque sur les blessures à la tête et au visage », et plus particulièrement sur les « blessures sérieuses » [5].

Les résultats indiquent notamment que le port du casque :

  • réduit de 30 % les blessures à la tête ;
  • divise par trois le risque de blessure au visage ;
  • est près de 5 fois plus efficace lors d’accidents hors agglomération qu’en ville.

6000 kits de prévention vélo à gagner : jouez avec AXA Prévention

Pour vous encourager à vous remettre en selle en toute sécurité, notre association offre 6000 kits de prévention vélo à gagner jusqu’au 26 septembre sur le site remettonsnousenselle.fr [lien]. Pour participer, il suffit de répondre à 5 questions sur les règles du Code de la route à vélo. Prêt à tenter votre chance ?

 

Le kit de prévention inclut 2 équipements indispensables pour être protégé et visible à vélo :

 

  • Un casque : la tête est l’élément du corps le plus souvent touché lors d’une chute ou d’un accident. Il assure la sécurité et réduit considérablement les blessures subies à la tête.
  • Une lumière rechargeable à fixer sur le casque : installer cet éclairage sur votre casque vous permet d’optimiser votre visibilité, notamment la nuit ou par mauvais temps.

Améliorer la sécurité à vélo : focus sur les actions de prévention

Depuis septembre 2020, la campagne nationale « Attention à vélo, attention aux vélos » menée par la Sécurité routière se décline sur les espaces d’affichage urbains, dans la presse, sur le web et sur le terrain auprès des usagers.

Cette opération de communication de grande ampleur complète les actions menées tout au long de l’année par cette association à savoir :

  • l’éducation à la pratique du vélo pour les scolaires ;
  • la mise en place d’une nouvelle signalisation des angles morts pour les poids lourds ;
  • l’opération « La route se partage », dans le cadre du Tour de France qui en est à sa 7e édition. Celle-ci profite de la visibilité de La Grande Boucle pour sensibiliser le public à la vulnérabilité des cyclistes, et rappeler quelques règles élémentaires.

 

Conducteurs poids lourds, automobilistes, cyclistes, piétons… Améliorer la sécurité sur la route est l’affaire de tous. Alors, n’oubliez pas : « Attention à vélo, attention aux vélos » !

Sources

[1] https://www.onisr.securite-routiere.gouv.fr/etat-de-l-insecurite-routiere/bilans-annuels-de-la-securite-routiere/bilan-2020-de-la-securite-routiere

[2] https://www.securite-routiere.gouv.fr/attention-velo-attention-aux-velos

[3] https://www.securite-routiere.gouv.fr/reglementation-liee-aux-modes-de-deplacements/velo/regles-de-circulation-pour-les-cyclistes

[4] https://www.securite-routiere.gouv.fr/chacun-son-mode-de-deplacement/dangers-de-la-route-velo/etre-visible-velo

[5] https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00941190

[6] https://www.fub.fr/sites/fub/files/fub/Communiques/dossier_de_presse_barometre_bd_11-02-2020.pdf

[7] https://www.gouvernement.fr/sites/default/files/document/document/2018/09/dossier_de_presse_-_plan_velo_-_vendredi_14_septembre_2018.pdf

[8] https://www.velo-territoires.org/wp-content/uploads/2021/01/2021-01-06-Bulletin_Velo_Confinements_13_2p-1.pdf

[9] https://www.velo-territoires.org/actualite/2019/12/19/nouvelle-directive-gestion-de-securite-infrastructures-routieres/

Lire la suite