Non, non et non.

Vous les avez vus partout : magazines, rayons des supermarchés, sites internet, mails publicitaires… les super-aliments sont omniprésents ! Et chaque liste des 10, 20 ou 100 super-aliments qu’il faut absolument consommer en contient de nouveaux, dont certains ne sont pas vraiment présents dans nos habitudes alimentaires. Sauf que… si aucun d’entre eux n’est inintéressant, aucun n’est si exceptionnel qu’il mérite d’être « super ».

Les super-aliments, un concept marketing

Tous les diététiciens ou médecins nutritionnistes vous le confirmeront, les super-aliments sont juste… des aliments. Certes avec des bénéfices intéressants, mais pas plus que d’autres qui sont moins mis en avant parce que moins exotiques ou moins dans l’air du temps.

Le concept de super-aliment, purement marketing, revendique d’identifier des aliments qui ont de très nombreux bénéfices en terme de santé : richesse en vitamines, en minéraux ou en anti-oxydants, par exemple. Sauf qu’une alimentation fondée uniquement sur ces soi-disant super-aliments serait profondément déséquilibrée.

Les baies, les noix, les algues… stars des super-aliments

Lorsqu’on examine les listes de super-aliments qui peuplent les magazines et les sites internet, on trouve essentiellement des baies (goji, acérola, açai, argousier, amla, myrtilles, camu camu, etc.), des noix (de pécan, macadamia ou notre bonne vieille noix) et des algues variées. On y trouve aussi des légumes verts à feuilles (épinards, chou kale, chou chinois, cresson, etc.) et des graines (chia, tournesol, par exemple).

Ces aliments sont chacun riches en certains nutriments et en anti-oxydants, mais aucun ne pourrait devenir l’une des bases de notre alimentation. De plus, ils ont souvent en commun d’être exotiques (donc avec une empreinte carbone non négligeable et parfois cultivés dans des conditions discutables) et.. chers au kilo !

Plutôt que les super-aliments, optez pour une alimentation super-équilibrée !

Bien associés, en quantité optimale et avec suffisamment de diversité, tous les aliments sont des super-aliments (à l’exception de ceux trop gras et trop sucrés). Certes tous ne sont pas des concentrés de vitamines ou d’anti-oxydants, mais des concentrés de fibres, d’énergie ou de protéines qui sont la base de notre alimentation.

Alors, les soi-disant super-aliments pourquoi pas, mais uniquement pour diversifier une alimentation équilibrée : davantage de fruits et de légumes (même les plus modestes), davantage de céréales complètes et de légumineuses (haricots, lentilles, pois chiches, etc.), moins de viande et moins d’aliments gras et/ou sucrés.

Avec de bonnes bases, les baies, les noix, les algues, les légumes verts à feuilles et les graines seront des ajouts contribuant à votre diversification alimentaire. À condition qu’ils n’amputent pas votre budget fruits et légumes !

Pour en savoir plus

« Nutrition : les super-aliments, une fausse bonne idée », Radio Canada, 6 février 2017

« Les mensonges des « super-aliments » », L’Express, 22 avril 2018

Lire la suite