EN BREF

En se généralisant, le smartphone est devenu l’une des principales causes d’accident de la route. Son utilisation, élevée chez les jeunes conducteurs, altère considérablement la concentration. Un conseil : déconnectez-vous si vous voulez éviter l’amende, ou pire...

Surfer ou conduire : il faut choisir !

Voici une petite mise en situation humoristique pour éclaircir le problème. Un moniteur d’auto-école fait croire à ses élèves que le gouvernement belge oblige les candidats au permis à utiliser leur smartphone tout en passant l’examen de conduite. Les jeunes ne pouvant plus se passer de leur téléphone même en voiture, autant les y entraîner à l’apprentissage. Le test se déroule sur circuit fermé. Les apprentis conducteurs doivent donc, tout en pianotant sur leur clavier, éviter les obstacles, prendre des virages et éviter les mannequins piétons. Le résultat est sans appel : aucun conducteur n’y parvient. Les cônes passent sous les roues et tous les candidats jugent la tâche impossible, stupide et dangereuse.

Les français accros malgré la conscience du risque

Selon les données du baromètre Axa Prévention sur le comportement des français au volant, 1 conducteur sur 2 utilise son smartphone au volant et plus de 8 jeunes conducteurs sur 10. En 2016, 30% des automobilistes reconnaissent téléphoner en conduisant, même s’ils ont connaissance des dangers. A noter que 15 % des français consultent ou envoient des** SMS** au volant. Avec la généralisation des applications pour smartphone, ce sont les mails, les réseaux sociaux et tout internet qui sollicitent le conducteur. Téléphoner au volant multiplie par 3 le risque d’accident. Son usage est à l’origine de 10 % des accidents corporels.

La concentration détournée sur le smartphone

Le danger du téléphone au volant réside dans la baisse de la vigilance. En effet, vous avez la main occupée et la tête à d’autres préoccupations que celle de la conduite. Vous vous projetez mentalement auprès de votre interlocuteur, contrairement à une conversation avec un passager qui s’adapte si survient une difficulté. La conduite, les obstacles, les piétons et les panneaux de signalisation passent au second plan. Le temps de réaction augmente de 50%.

La tête, les yeux et les mains rivés sur le mobile

À l’ère du mobile connecté, ce n’est plus seulement votre concentration qui est mobilisée, mais aussi le regard et les mains. Lire ou écrire un message détourne les yeux de la route 40 à 60% du temps qui y est consacré. Résultat : dangers non repérés, réactions absentes ou ralenties, incapacité à rester sur sa voie. Écrire un message en conduisant multiplie le risque d’accident par 23 : le conducteur détourne les yeux de la route au moins 5 secondes !

La solution : se déconnecter !

Jeunes conducteurs ou chauffeurs confirmés, il existe un remède aux addictions d’internet, des réseaux sociaux et de la communication instantanée. Éteindre son appareil et le mettre hors de portée de main. Il serait absurde de risquer le drame pour un appel, un SMS, un mail ou encore un post…

Les mesures de réglementation et de sanction

La réglementation en vigueur est stricte :

  • L’usage du téléphone tenu en main est interdit ;
  • L’utilisation d’écouteurs, oreillettes ou casques est proscrite à tous les conducteurs de véhicules, que ce soit pour téléphoner, écouter de la musique ou la radio. Cette règle s’inscrit dans le cadre des nouvelles mesures mises en place depuis le 1er juillet 2015.

Ces infractions vous exposent à une amende forfaitaire de 135 € et un retrait de 3 points du permis de conduire.

Lire la suite