EN BREF

Corps et doigts engourdis par le froid, peu réactif et pressé d’arriver, le motard en hiver risque bien plus qu’un rhume. C’est pourquoi, modifier et adapter son comportement sur la route permet d’éviter les pièges de la saison froide.

L'équipement moto en hiver

Bien s’équiper contre le froid

Vous pouvez rouler "au chaud" autant en janvier qu’en juin, sur votre deux-roues. Pour cela, il vous suffit de prendre le temps de vous équiper pour ne pas subir au guidon la baisse des températures :

- un casque intégral à double écran anti-buée ;
- un tour de cou en laine polaire et tissu déperlant ;
- des gants de moto étanches à insert respirant et larges manchettes resserrables ;
- une veste de moto trois quarts, avec doublure hivernale et protections homologuées "CE" aux coudes, au dos et aux épaules ;
- un sur-pantalon doublé et étanche avec protections aux genoux, ou un tablier fourré fixé au scooter ;
- des bottes spéciales pour les motards, ou des chaussures montantes pour protéger la cheville.

Les amateurs de deux-roues malins laissent donc veste de costume ou de tailleur et chaussures de ville au bureau !

Zoom sur les normes européennes

- Gants (EN 13564)
- Blouson, pantalon, combinaison (EN 13595)
- Protections épaules, coudes, hanches, genoux (EN 1621-1)
- Protections dorsales (EN 1621-2)
- Protections thoraciques (EN 1621-3)
- Airbags (EN 1621-4)

Adopter une conduite de saison

Le changement de tenue ne suffit pas en hiver. Pensez également à adopter des précautions particulières pour éviter les pièges du froid.

Par exemple, persuadez-vous que vous êtes invisible aux yeux des autres usagers de la route. Les vitres couvertes de buée, les rétroviseurs constellés de gouttes d’eau et les feux allumés dès 17 heures vous rendent beaucoup moins visible.

Attention, un deux-roues est moins sensible qu'une voiture à l'aquaplanage, mais freine beaucoup moins court. D'autant que faute d'ABS, le blocage de la roue avant entraîne immédiatement la chute. Le respect des distances de sécurité et des limitations de vitesse est donc primordial, tout comme le placement du regard : c'est en évitant l'obstacle que le motard sauve la mise, pas en freinant.

Pendant les premiers kilomètres, l’adhérence normale d’un pneu froid est réduite de moitié… Une raison supplémentaire pour démarrer tranquillement ses trajets.

Lire la suite