Vous le croisez au quotidien dans les rues de votre ville, ou sur les routes de campagne : le vélo à assistance électrique (VAE) est l’une des nouvelles stars de la mobilité douce.

Portés par un marché en croissance de 25 % par an, ce sont quelque 338 000 vélos électriques qui se sont vendus en France, en 2018 [1]. Et comme plusieurs régions proposent une prime pour l’achat d’un VAE neuf [2 ; 3 ; 4], cet engouement semble bien parti pour durer.

Quelques bonnes pratiques s’imposent toutefois pour permettre à ces véhicules de trouver leur place sur les voies de circulation. Piétons, automobilistes, cyclistes et trottinettistes : nous avons tous un rôle à jouer !

Le vélo électrique en 3 chiffres clés [5] :

37% des usagers de VAE s’en servent pour se rendre sur leur lieu de travail ;

14% des e-cyclistes ont déjà eu un accrochage ou un accident ;

60% des utilisateurs de vélos électriques ne portent pas de casque.

Les usagers de vélos électriques plus prudents que d’autres adeptes des mobilités douces ?

Si les e-cyclistes ont souvent entre 55 et 64 ans, l’hyperconnexion les caractérise moins que d’autres usagers d’équipements de déplacement personnels (EDP) « nouvelle génération ».

En tant qu’utilisateur de vélo électrique, vous êtes par exemple moins enclins à consulter votre smartphone en roulant que les trottinettistes, et utilisez aussi moins les trottoirs. Des constats encourageants qu’il convient de faire progresser, ensemble.

Votre conduite attentive est également plus sûre ! Résultat [5] : vous êtes 14 % à avoir déjà connu des accrochages ou des accidents, contre 21 %, pour les trottinettistes. N’hésitez pas à partager vos bonnes pratiques avec les autres ambassadeurs des mobilités douces.

Pourquoi acheter un e-bike ?

Vous êtes utilisateur, ces arguments vous sont alors déjà familiers. Mais si vous hésitez encore, voici quelques-unes des « bonnes raisons » de s’équiper :

  • rouler avec un vélo à assistance électrique permet de mobiliser votre corps et de vous déplacer à l’air libre tout en limitant vos efforts ;
  • pour les cyclistes les plus âgés, l’assistance électrique permet de continuer à faire du vélo au fil des ans ;
  • en ville et hors agglomération, éviter les transports en commun aux heures de pointe sans utiliser sa voiture ni fournir d’effort physique intense est un avantage considérable.

Le vélo électrique est-il écologique ?

On ne peut l’affirmer à 100 %, car la production de batteries et d’énergie électriques a bel et bien un impact sur l’environnement. Cela dit, l’utilisation du vélo électrique ne génère pas d’émission de CO2, et les fabricants tendent à proposer des modèles recyclables, batterie incluse. Renseignez-vous au moment de l’achat.

61 % [1] des e-cyclistes déclarent se mettre en selle pour un trajet qu’ils auraient par le passé fait en voiture. Cette substitution à l’automobile pour de courts trajets peut paraitre minime à échelle d’un individu, mais le phénomène — considéré à grande échelle — est loin d’être négligeable.

Sur quelles voies se déplacer en ville avec un VAE ?

78 % des utilisateurs de vélos électriques aimeraient voir le réseau de « voies réservées » mieux développé, notamment car celles-ci rassurent les usagers. 41 % des e-bikers déclarent d’ailleurs se sentir en insécurité pendant leurs déplacements [5].

Mais en fonction du modèle de votre vélo électrique, vous devez peut-être choisir de vous déplacer sur la chaussée. Les speed bikes, dont l’assistance propulse les cyclistes jusqu’à 45 km/h, doivent circuler aux côtés des véhicules motorisés et posséder leur propre carte grise. Les conducteurs doivent alors obligatoirement porter un casque cyclomoteur.

Quelles sont les règles de circulation pour les usagers de vélos électriques ?

Vous préservez votre sécurité et celle de tous les autres usagers de la route et des voies aménagées, lorsque vous…

  • circulez sur un vélo correctement équipé (freins, éclairages, catadioptres) ;
  • êtes bien visible et audible des autres (bandeaux ou gilets rétro-réfléchissants, sonnette pour vélo) ;
  • roulez à 1 mètre de distance des portières et du bord du trottoir ;
  • veillez à équiper vos passagers de moins de 12 ans d’un casque homologué.

Quels sont les équipements obligatoires pour rouler en e-bike ?

Les vélos électriques dont l’assistance vous permet d’atteindre à 25 km/h maximum ne requièrent aucun équipement supplémentaire par rapport aux vélos classiques.

Pour garantir votre visibilité, le gilet rétro-réfléchissant est obligatoire si vous roulez hors agglomération de nuit, ou par mauvais temps. Il est cependant recommandé de le porter, en complément d’un casque et de vêtements couvrants, en toutes circonstances pour mieux prévenir les accidents et leurs conséquences.

Les sièges enfants sont compatibles avec la plupart des modèles de VAE, pour vous permettre de transporter vos tout-petits de moins de 5 ans conformément à la réglementation.

Comment stationner et recharger votre vélo électrique ?

Un décret datant de juillet 2016 impose la création de bornes de stationnement et de chargement sur les bâtiments d’habitation, commerciaux, industriels, et destinés aux services publics ou aux spectacles, en construction. Les stationnements adaptés seront donc de plus en plus nombreux, d’ici 2030.

A la maison, il vous suffit de recharger la batterie de votre VAE sur secteur. Son autonomie varie de 50 à 200 km, suivant l’usage que vous faites de l’assistance, le type de terrain et, bien sûr, la marque de votre vélo électrique.

Focus sur les risques d’accident en un vélo électrique

Les messages de prévention doivent continuer à être diffusés : encore 63 % [5] des usagers de VAE déclarent rouler sur les trottoirs, impliquant parfois piétons et trottinettistes dans des accrochages.

N’hésitez pas à contacter votre assureur pour faire le point sur votre couverture, notamment en termes de responsabilité civile.

Et parce qu’il vaut toujours mieux prévenir que guérir, gardez en tête que la distance de freinage tend à s’allonger avec la vitesse ! Juché sur votre e-bike, vous allez sensiblement plus vite que la plupart des cyclistes ou trottinettistes sans assistance électrique. Restez concentré sur votre trajectoire, signalez vos changements de direction avec vos bras, et anticipez au mieux les comportements des autres usagers.

Sources

[1] https://www.cyclable.com/blog/2019/04/15/les-chiffres-du-marche-du-cycle-2018-le-vae-continue-son-envol/

[2] https://www.iledefrance.fr/velo-electrique-une-aide-lachat-de-500-euros-pour-les-franciliens

[3] https://www.departement13.fr/400-euros-pour-achat-velo-assistance-electrique/

[4] https://www.laregion.fr/Eco-cheque-mobilite-velo-a-assistance-electrique

[5] Baromètre Axa Prévention 2019

[6] https://www.banquedesterritoires.fr/nouveau-coup-de-pedale-pour-le-velo-en-ile-de-france

Lire la suite